Erri De Luca : Imposture et vanité

# 021115

Une section du texte d’Erri De Luca Et il dit est consacrée à ce verset biblique : « Tu ne soulèveras pas le nom de Yod ton Elohim pour l’imposture. » Et l’auteur commente: « Rien à voir avec la version où on lit : tu ne nommeras pas en vain. » (Et il dit / E disse, 2011, Folio Gallimard, 2012, trad. Danièle Valin,  p. 61) Il est vrai que cette notion de vanité est fréquente — la tradition anglo-saxonne, par exemple, n’use que de vainly ou de in vain. »
Plus loin, De Luca explique l’interdit auquel il est fait référence : « appeler la divinité comme garant […] d’affirmations. ‘Je jure sur D que’… [t]u n’oseras pas soulever ce nom pour soutenir une imposture. » (ibid.)
Dira-t-on qu’en évitant « en vain » l’auteur lève une ambiguïté ? — Il semble plutôt qu’il s’affronte à une tradition installée dans le passage de l’hébreu biblique aux langues romanes, l’italien en l’occurrence (traduzione / tradizione). Mais même inexactement traduit (traduttore / traditore), le commandement n’a pas été interprété de travers pendant les siècles qui nous séparent de Moïse ; après tout chacun a compris que le saint nom du Tout-Puissant ne doit être invoqué que pour le vénérer, et que pour cette même raison, le parjure est à proscrire.

Peut-être alors peut-on estimer que la Bible de Jérusalem offre un bon compromis entre les différentes façons de rendre [ לשווא ] : « Tu ne prononceras pas le nom de Y—- ton Dieu à faux, car Y—- ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom à faux. »

Ce qui est remarquable ici est que le souci de fidélité à la parole initiale, pour louable qu’il soit, perd de son acuité lorsque ladite parole est perçue, ressentie, comme étant par essence un texte  à  puissances multiples (ressentie : c’est en cela qu’il s’agit de tradition).

A propos des littératures traduites, au nombre desquelles on nous pardonnera de comprendre les textes dits fondamentaux pour leur caractère sacré ou leur symbolisme, nous avons évoqué ce qu’avec Borges nous appelions la « dynastie d’hostilité« , en rappelant qu’il est difficile voire périlleux de se défaire de la marque initiale imposée par la première traduction et l’univers qu’elle a créé ; ici, le souci de précision semble ajouter au sens plutôt que le rétablir.


Une réflexion au sujet de « Erri De Luca : Imposture et vanité »

  1. This is very attention-grabbing, You are an excessively skilled blogger.

    I have joined your rss feed and look forward to in quest of extra of your fantastic post.

    Also, I have shared your web site in my social networks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *