Blocage d’une allusion par un traduit institué.

# 080416

A Voyage to Lilliput (« Le Voyage à Lilliput »), première partie des Voyages de Gulliver (1726) offre un nouvel exemple de ce dont j’ai  déjà parlé ici, à savoir l’effet d’une traduction « instituée », par l’usage ou l’antériorité,  sur l’effort ultérieur pour passer un texte dans une autre langue. (Cf. le concept borgesien de « dynastie d’hostilité » traité ici dans « Imposture et vanité » & « Traduire avant / après les mots ») Il me semble que cet effet, ce « poids mort » pourrait-on dire, n’a pas encore été évalué. Laissons parler Jonathan Swift:

Les Lilliputiens enterrent leurs morts la tête en bas car ils ont la conviction que dans onze mille lunes, ils ressusciteront tous et qu’à cette même époque la terre (qu’ils tiennent pour plate) se retournera […] Leurs savants reconnaissent volontiers l’absurdité de cette doctrine, mais la tradition se perpétue, alimentée par la croyance populaire.

Et là, la traductrice insère une note de bas de page:

Swift ridiculise ici les interprétations littérales des textes sacrés en faisant allusion à la prophétie d’Isaïe : « Behold the Lord maketh the earth empty, and maketh it waste, and turneth it upside down. » (Holy Bible, Isaiah XXIV). La version française de cette prophétie telle que traduite par l’Ecole de Jérusalem (1956) est quelque peu différente: « Voici que Y—- dévaste la terre, il la ravage, il en bouleverse la face. » (La Sainte Bible, Isaïe IV Apocalypse)

A la base de toutes ces précautions, on trouverait le désir de faire comprendre ce que Swift « a en tête » dans cette allusion, mais surtout pourquoi la mécanique de l’allusion ne fonctionne plus en français. Il faut donc un apparat critique pour expliquer le motif du retournement (« se retournera » / « turneth is upside down »), mais comme celui-ci s’effondre en raison de la pregnance, dans le monde francophone, d’une traduction du texte biblique qui substitue le bouleversement au retournement, on ne comprend plus.

Mais qui est ce on ? L’ambiguïté ne résulte-t-elle pas d’une incertitude sur le public ciblé ? Le grand public comprend très bien le message swiftien ; or il suffit d’insérer une note pour que l’on s’adresse à un autre lectorat — celui des étudiants et chercheurs, en bref celui des habitués des « Petits Classiques Larousse », et, plus spécifiquement, ceux qui connaissent les spécificités de l’anglais élizabéthain et jacobéen.  Ceux-là vont goûter l’allusion et comprendre que d’autres passeront à côté, mais ceux-ci auront-ils retiré un moindre plaisir  de leur lecture ?

Hélène Buzelin traduit fort bien, là n’est pas la question, mais elle est amenée à se fendre d’une note comme pour échapper à la double contrainte qui la prend en étau : un souci de fidélité au texte original, d’une part, et de l’autre, une préoccupation tout aussi louable qui est de permettre au lecteur de saisir l’arrière-plan propre aux allusions dont ce texte s’enrichit. Or pour les comprendre, il faut disposer de la traduction erronée d’un message de la plus haute antiquité, sans doute fondateur pour la civilisation commune aux deux langues sur laquelle travaille la traductrice, mais pesant davantage sur l’une que sur l’autre.

Réf. bibl.: « Le Voyage à Lilliput », Paris, Librio, 2000 (pp. 62-63).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *