Ambiguïté = richesse

# 300416

GEORGE ORWELL SUR L’AMBIGUïTE.

Dans son appendice à 1984, Orwell expose les « principes du novlangue », et certaines de ses remarques éclairent plus généralement la notion d’ambiguïté.
Le novlangue « inventé pour répondre aux besoins de l’angsoc (le socialisme anglais) […] n’était pas la seule langue en usage » (p. 395). Il faudra, explique Orwell, attendre 2050 pour qu’il supplante l’ancilangue. La mise en place du novlangue avait pour but de

« fournir un moyen d’expression aux idées générales et habitudes mentales des dévôts de l’angsoc [et] de rendre impossible tout autre mode de pensée. » (ibid.)

L’élimination de l’ambiguïté est d’abord évoquée à propos du « Vocabulaire A », ce que nous appellerions les monèmes usuels de la vie quotidienne. Le romancier précise qu’on en avait réduit le nombre, et délimité le sens « avec beaucoup plus de rigidité. On les avait débarrassés de toute ambiguïté et de toute nuance» — ce qui rendait impossible leur emploi en littérature, politique ou philosophie ; en effet, chaque mot de cette liste était « un staccato exprimant un seul concept clairement compris » (p. 397).
Orwell ne fait pas référence à l’équivoque – ce qui peut se comprendre puisqu’en anglais, l’usage de ce terme est plutôt une affaire de lexicographes, l’anglophone préférant ambivalent à equivocal – mais, dans son deuxième emploi d’ambigu, il l’associe à un autre terme :

« D’autres mots [du vocabulaire B] étaient bivalents et ambigus. Ils sous-entendaient le mot bien quand on les appliquait au Parti et le mot mal quand on les appliquait aux ennemis du Parti » (p. 402)

Par exemple, minipax (ministère de la paix) était entendu comme ministère de la guerre si vous étiez opposé à la ligne politique du parti au pouvoir.
Dans le même ordre d’idée, Orwell cite le mot

« canelangue, qui signifie « faire coin-coin comme un canard ». Le mot canelangue, comme divers autres mots du vocabulaire B, avait un double sens. Pourvu que les opinions émises en canelangue fussent orthodoxes, il ne contenait qu’un compliment […] » (p. 405).

Car en tout cela, le but était

« de faire sortir du larynx le langage articulé sans mettre d’aucune façon en jeu les centres plus élevés du cerveau. » (Ibid.)

Outre tout ce que 1984 nous dit de 2015-2017, le traducteur serait bien inspiré de s’y arrêter quelques instants. On n’ira pas jusqu’à dire que toute désambiguation manifeste chez le traducteur une police de la pensée !, mais il ne serait pas mauvais de faire le bilan de ce que l’on élimine quand on retreint ce qui nous paraît équivoque : le risque est grand d’attenter à un vieux fonds de nuances, de couper le lien avec une tradition, de faire avorter le début d’une différance, pour parler comme Derrida, au profit d’une pensée dominante, au point que les bivalences qui demeurent — il en reste toujours — passent pour des erreurs ou des quêtes d’orthodoxie.

(Texte utilisé : 1984, trad. Amélie Audiberti, Paris, Gallimard, 1950, éd. « Folio » 2013, pp. 395-408)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *