Incertitudes rétrospectives

# 050516

Certes, l’ouvrage date un peu, mais les auteurs qu’il évoque vivaient, pour certains, en 770 avant notre ère. Si donc vous avez le temps de feuilleter La Philosophie Chinoise de Max Kaltenmark (PUF/Que sais-je, 1972), vous y trouverez des énoncés comme celui-ci :

 » Le Tableau du Faîte Suprême est un diagramme [qui] représente schématiquement le développement du monde. à partir du T’ai-ki […]. Mais Tcheou Touen-Yi assimile le T’ai-ki au Wou-ki (« Sans Faîte » ou « Absolu de Rien ») qui est une expression de Lao-Tseu. Il emploie d’ailleurs au début de l’Explication, une tournure ambiguë (T’ai-ki eul Wou-ki) qui peut signifier soit que le Wou-ki et le T’ai-ki sont une seule et même chose, soit que le second émane du premier. » (p. 86)

La référence à une qualité dite « ambiguïté » interroge. Elle semble, elle aussi, comporter diverses lectures dont aucune ne paraît plus justifiée que les autres. On entend:
1. Tcheou Touen-Yi s’exprime mal — ce qui semble difficile à croire en raison du statut du philosophe et de son projet (expliquer …)

2. Tcheou Touen-Yi dit deux choses en une parce que le concept qu’il décrit unit deux choses en une;

3. Ce qui nous paraît double sens aujourd’hui était en ce temps-là univoque, soit parce que la langue n’avait pas encore instauré de distinction, soit parce que la distinction n’avait ni intérêt ni pertinence; et en ce cas, ladite ambiguïté ne provient pas de l’énonciation mais de notre lecture.

4. L’établissement du texte a lui aussi une histoire. Peut-être va-t-on trouver un document de la même époque clarifiant certains emplois du terme en question.

5. L’ambiguÏté apparaît dès lors que l’on traduit; dans la langue source, il y a un seul signifié.

En l’espèce, l’ambiguîté apparaît comme un corrélat de la diachronicité: est-ce que l’instabilité que l’on relève en 1972 ne serait pas plutôt une incertitude quant au sens que l’on doit conserver aujourd’hui ? Le PANTA RHEI d’Héraclite équivaudra-t-il encore à « tout s’écoule » en 2072 ?

En l’occurrence, l’ambiguïté tiendrait à la nature du message; après tout, au travers des siècles, un texte décrivant l’érosion des pierres par le vent ou l’eau, un autre expliquant le jour et la nuit par la présence ou le retrait du soleil, ne risquent guère de générer l’ambiguïté. A l’inverse, si le texte énonce qu’au septième jour le créateur s’est reposé, on est tellement loin de toute rationalité que le sens de « se reposer » se dédouble (pour le moins): prendre du repos avant de poursuivre l’oeuvre créatrice, cesser de créer, réfléchir avant de reprendre, inventer, parfaire, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *