Traduire ou pas ?

Dans l’édition Hachette / Livre de Poche^ de Croc Blanc (Jack London), certaines « notes du traducteur » sont savoureuses. Il ne s’agit pas ici de dénigrer le très bon travail de Paul Gruyer et Louis Postif, mais plutôt d’interroger certaines habitudes éditoriales qu’on espère dépassées.

  • grâce à l’une de ces notes, on apprend, à la page 77, que « l’oiseau-des-élans » est le nom donné aux volatiles qui « ont l’habitude de venir se poser sur le dos des élans. » Information précieuse ! Comme celle de la page 127, où l’on se rassure : « le fouet de caribou » est « un long fouet fait avec des intestins de caribou » ; pour ne rien dire de la p. 190, où « Circle City » bénéficie d’une indispensable explication : « ou Cercle Cité, la ‘Ville de Cercle Arctique’. »[sic]
  • à la page 106, la proposition « il se défendait avec vaillance mais il était out-classed » est glosée ainsi : terme de boxe signifiant « qui n’a pas assez de points pour être classé ». N’était-il pas plus simple d’éviter la note et d’écrire directement en français « même s’il lui manquait des points pour être classé, il se défendait avec vaillance. »
  • en revanche (p. 215) on lit « les journaux étaient pleins de l’évasion du célèbre convict Jim Hall. » Le système judiciaire nord-américain est tellement spécifique, et, malgré l’identité des termes entre dialectes, si souvent distinct du vocabulaire britannique, qu’une note (« terme désignant tout criminel emprisonné, détenu ou déporté ») aurait eu son utilité.
  • ce qui pose vraiment problème est la toute première de ces notes, p. 17: « Le Wild est un terme générique, intraduisible, qui désigne une région particulière et l’ensemble des éléments types qui la constituent. » « C’était, dit London, le Wild. Le Wild farouche, glacé jusqu’au coeur, de la terre du Nord. » Or, pour être précis, ce n’est pas wild qui est intraduisible (on peut très bien parler des « terres sauvages du grand Nord »); ce qui est impossible à rendre, c’est un toponyme qui synthétise toutes les particularités d’une région géographiquement spécifiée. Les traducteurs le disent eux-mêmes puisqu’ils ajoutent « comme le Maquis, la Brousse, la Pampa » etc. Cela veut dire que Wild non-traduit inclut divers critères : habitable / non-habitable, vif / mort, cultivable / inculte, riche / pauvre, pierreux / végétal etc. C’est cette critériation multiple qui rend impossible de trouver un monème lexical équivalent à celui de la langue-source; mais il sera toujours possible de traduire, quitte à user d’une longue périphrase. « Faites une note ! », entend-on dans les bureaux des éditeurs.
  • ^ 4ème trimestre 1980.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *