En musique aussi …

#30012017

Le Nozze di Figaro, d’après Beaumarchais, musique de W.A.Mozart. La confusion (celle, entre autres des sentiments) un peu comme si l’on repartait du mariage (brutalement mis à mal par Don Giovanni) de Zerline et Masetto, et que, cette fois, on voyait le peuple (Suzanne et Figaro) résister à la tentative de cuissage du Comte Almaviva . Une autre figure issue du peuple, la fille du jardinier, n’est pas en reste en matière d’ambivalence du discours.

Voici ce que chante Barberina, lorsqu’elle se rend compte qu’elle a perdu … une épingle:

L’ho perduta, me meschina!
Ah chi sa dove sarà?
Non la trovo. L’ho perduta.
Meschinella!
E mia cugina? E il padron,
cosa dirà?

(Je l’ai perdue, quel malheur !  Qui sait où elle est? Je ne la trouve pas, que je suis malheureuse ! Ma cousine ? Mon patron, que va-t-il dire ?)

Ce qui la rend si malheureuse,  c’est que si tout s’était passé comme prévu, l’épingle perdue aurait servi de preuve que le destinataire (Almaviva) avait lu, et qu’il acceptait, l’invitation galante proposée par l’expéditrice (inconnue) de la lettre.  Est-ce en raison de sa jeunesse que Barberine croit avoir offensé l’amour ?

Si l’air de Barberina n’était pas si triste, des générations entières de spectateurs se seraient satisfaits de cette explication. Mais la mélodie est si humblement pathétique, la respiration si proche de la blessure que dès le XVIIIème siècle une tradition libertine a entendu ce s mots comme une défloration déguisée :  ce dont se plaint  Barberine, ce n’est pas  d’avoir perduson épingle, mais sa virginité. Mozart l’ambigu !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *