Après le cliché

Ceux qui ont eu le plaisir de voir la récente exposition de Georges Didi-Huberman à Paris (« Soulèvements », au musée du Jeu de Paume) ont pu constater que l’ambivalence est encore plus fréquente s’agissant de l’image que du texte, et que c’est, paradoxalement, plus vrai encore , lorsqu’il s’agit d’images réalistes ou de photographies, que l’ont croirait à l’abri des fausses pistes ou des interprétations erronées (le Magritte de « Ceci est une Pipe » a bien su le montrer).  Le cliché qui a servi d’affiche n’a pas entièrement convaincu les visiteurs enthousiastes et il semblerait que les plus sceptiques y ont même trouvé matière à critique (cf. http://www.droguistes.fr/essayer-montrer-voir/).

Gilles Caron saisit un moment d’un conflit qui a divisé l’Ulster et l’intitule Manifestations anticatholiques à Londonderry 1969;  le trouble naît de l’association malheureuse avec le titre que le commissaire  adonné à son exposition, « Soulèvements / Uprisings ». Les jeunes photographiés sont là pour menacer ceux qui se sont soulevés,  pour rappeler le caractère intangible de l’ordre établi, considéré comme une occupation de type colonial par les catholiques, par ceux que ces lanceurs de pierres cherchent à atteindre.

 

Georges Didi-Huberman a expliqué qu’il n’avait pas participé à la réalisation de l’affiche, que les responsables de la communication du musée se voulaient impartiaux (ni pro-, ni anti-). Il n’en demeure pas moins que la notion d’ambiguïté revenait souvent dans les conversations.  On peut y voir la preuve que l’image ne se suffit pas à elle-même, qu’elle ne peut à elle seule transmettre l’intégralité du sens historique, voire humain, de ce qu’elle représente. Maintenant, s’il faut pour chaque image, une notice pour éliminer les imprévus du sens, autant s’abstenir de représenter ! Et s’il n’y avait pas eu de titre, ce jour-là au musée, ni d’étiquette portant les circonstances associées à la photo de Gilles Caron, combien auraient vu de valeureux  combattants affrontant seuls les forces obscures qui s’opposent à leur liberté ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *