Archives de catégorie : NATURE DE L’AMBIGUïTE

SCULPTER LES MOTS

« La Prudence ». Cathédrale de Nantes. Tombeau de François II de Bretagne et Marguerite de Foix (Michel Colombe). www.chemin des jours.com (598×488)

Bel exemple d’ambiguïté utile :  le personnage lit dans un miroir supposé « réfléchir » son image; et simultanément, de dos, il/elle écoute ce que lui dit l’avenir, représenté par un vieillard dont le modèle est, semble-t-il, Léonard de Vinci. Le sculpteur a nommé « prudence » l’union de ces deux attentions.

L’exercice consiste maintenant à imaginer, dans nos jeux de langage, le moyen de rendre cette dualité.

Incertitudes rétrospectives

# 050516

Certes, l’ouvrage date un peu, mais les auteurs qu’il évoque vivaient, pour certains, en 770 avant notre ère. Si donc vous avez le temps de feuilleter La Philosophie Chinoise de Max Kaltenmark (PUF/Que sais-je, 1972), vous y trouverez des énoncés comme celui-ci :

 » Le Tableau du Faîte Suprême est un diagramme [qui] représente schématiquement le développement du monde. à partir du T’ai-ki […]. Mais Tcheou Touen-Yi assimile le T’ai-ki au Wou-ki (« Sans Faîte » ou « Absolu de Rien ») qui est une expression de Lao-Tseu. Il emploie d’ailleurs au début de l’Explication, une tournure ambiguë (T’ai-ki eul Wou-ki) qui peut signifier soit que le Wou-ki et le T’ai-ki sont une seule et même chose, soit que le second émane du premier. » (p. 86)

La référence à une qualité dite « ambiguïté » interroge. Elle semble, elle aussi, comporter diverses lectures dont aucune ne paraît plus justifiée que les autres. On entend:
1. Tcheou Touen-Yi s’exprime mal — ce qui semble difficile à croire en raison du statut du philosophe et de son projet (expliquer …)

2. Tcheou Touen-Yi dit deux choses en une parce que le concept qu’il décrit unit deux choses en une;

3. Ce qui nous paraît double sens aujourd’hui était en ce temps-là univoque, soit parce que la langue n’avait pas encore instauré de distinction, soit parce que la distinction n’avait ni intérêt ni pertinence; et en ce cas, ladite ambiguïté ne provient pas de l’énonciation mais de notre lecture.

4. L’établissement du texte a lui aussi une histoire. Peut-être va-t-on trouver un document de la même époque clarifiant certains emplois du terme en question.

5. L’ambiguÏté apparaît dès lors que l’on traduit; dans la langue source, il y a un seul signifié.

En l’espèce, l’ambiguîté apparaît comme un corrélat de la diachronicité: est-ce que l’instabilité que l’on relève en 1972 ne serait pas plutôt une incertitude quant au sens que l’on doit conserver aujourd’hui ? Le PANTA RHEI d’Héraclite équivaudra-t-il encore à « tout s’écoule » en 2072 ?

En l’occurrence, l’ambiguïté tiendrait à la nature du message; après tout, au travers des siècles, un texte décrivant l’érosion des pierres par le vent ou l’eau, un autre expliquant le jour et la nuit par la présence ou le retrait du soleil, ne risquent guère de générer l’ambiguïté. A l’inverse, si le texte énonce qu’au septième jour le créateur s’est reposé, on est tellement loin de toute rationalité que le sens de « se reposer » se dédouble (pour le moins): prendre du repos avant de poursuivre l’oeuvre créatrice, cesser de créer, réfléchir avant de reprendre, inventer, parfaire, etc.

Ambiguïté = richesse

# 300416

GEORGE ORWELL SUR L’AMBIGUïTE.

Dans son appendice à 1984, Orwell expose les « principes du novlangue », et certaines de ses remarques éclairent plus généralement la notion d’ambiguïté.
Le novlangue « inventé pour répondre aux besoins de l’angsoc (le socialisme anglais) […] n’était pas la seule langue en usage » (p. 395). Il faudra, explique Orwell, attendre 2050 pour qu’il supplante l’ancilangue. La mise en place du novlangue avait pour but de

« fournir un moyen d’expression aux idées générales et habitudes mentales des dévôts de l’angsoc [et] de rendre impossible tout autre mode de pensée. » (ibid.)

L’élimination de l’ambiguïté est d’abord évoquée à propos du « Vocabulaire A », ce que nous appellerions les monèmes usuels de la vie quotidienne. Le romancier précise qu’on en avait réduit le nombre, et délimité le sens « avec beaucoup plus de rigidité. On les avait débarrassés de toute ambiguïté et de toute nuance» — ce qui rendait impossible leur emploi en littérature, politique ou philosophie ; en effet, chaque mot de cette liste était « un staccato exprimant un seul concept clairement compris » (p. 397).
Orwell ne fait pas référence à l’équivoque – ce qui peut se comprendre puisqu’en anglais, l’usage de ce terme est plutôt une affaire de lexicographes, l’anglophone préférant ambivalent à equivocal – mais, dans son deuxième emploi d’ambigu, il l’associe à un autre terme :

« D’autres mots [du vocabulaire B] étaient bivalents et ambigus. Ils sous-entendaient le mot bien quand on les appliquait au Parti et le mot mal quand on les appliquait aux ennemis du Parti » (p. 402)

Par exemple, minipax (ministère de la paix) était entendu comme ministère de la guerre si vous étiez opposé à la ligne politique du parti au pouvoir.
Dans le même ordre d’idée, Orwell cite le mot

« canelangue, qui signifie « faire coin-coin comme un canard ». Le mot canelangue, comme divers autres mots du vocabulaire B, avait un double sens. Pourvu que les opinions émises en canelangue fussent orthodoxes, il ne contenait qu’un compliment […] » (p. 405).

Car en tout cela, le but était

« de faire sortir du larynx le langage articulé sans mettre d’aucune façon en jeu les centres plus élevés du cerveau. » (Ibid.)

Outre tout ce que 1984 nous dit de 2015-2017, le traducteur serait bien inspiré de s’y arrêter quelques instants. On n’ira pas jusqu’à dire que toute désambiguation manifeste chez le traducteur une police de la pensée !, mais il ne serait pas mauvais de faire le bilan de ce que l’on élimine quand on retreint ce qui nous paraît équivoque : le risque est grand d’attenter à un vieux fonds de nuances, de couper le lien avec une tradition, de faire avorter le début d’une différance, pour parler comme Derrida, au profit d’une pensée dominante, au point que les bivalences qui demeurent — il en reste toujours — passent pour des erreurs ou des quêtes d’orthodoxie.

(Texte utilisé : 1984, trad. Amélie Audiberti, Paris, Gallimard, 1950, éd. « Folio » 2013, pp. 395-408)

Archéologie de l’équivoque

# 090416

L’Antiquité, particulièrement avec Aristote et autour de lui, a amplement questionné l’amitié, comme concept et comme praxis. Cette préoccupation recouvre une autre interrogation fondamentale en éthique : « Faut-il s’aimer soi-même pour aimer un autre que soi? » Sur ce point, Ricoeur rappelle que deux thèses sont en présence,  que l’on pourrait résumer par les termes de mutualité et d’équivoque. La première décrit l’essence même de l’amitié, elle est, par essence, réciprocité. Au contraire, dit Aristote (qui cependant, selon Ricoeur, combinera les deux traits au plan éthique)

l’amitié n’est pas d’une seule espèce; c’est une notion essentiellement équivoque, que l’on ne peut tirer au clair qu’en interrogeant la sorte de choses qui lui donnent naissance, son objet, en ce sens, les philèta. Ainsi faut-il distinguer trois sortes d’amitié : selon « le bon », selon « l’utile », selon « l’agréable ».*

Mais le point commun de ces trois modes d’aimer, conclut le commentateur, c’est son caractère de sentiment mutuel; et la dualité philia (amitié)  / philautia (s’aimer soi-même) « n’est qu’un aspect de la genèse de sens. »

Cette discussion, que  Ricoeur voit comme une étape-clé dans la problématique du Soi et de l’Autre-que-soi, intéresse aussi le traducteur en ce sens qu’elle amène à replacer l’équivocité dans son contexte initial. Quatre siècles avant notre ère, on pouvait juger, puis arrêter, un mot au motif qu’il désignait deux, voire trois, réalités distinctes ; et l’on pouvait arguer de cette multi-référentialité, preuve d’un défaut de constitution, pour y trouver la source d’un problème éthique, lequel nous paraît aujourd’hui n’être que le reflet de la croissance sémantique d’un terme.

————

*Paul Ricoeur, Soi-même comme un autre. Paris, Le Seuil, coll. Points, 1990 (p. 214).

L’univocité de l’intention sémantique comme source d’ambiguité

# 301015

Univoque

Un exemple plus parlant que d’autres : le cas des définitions de mots croisés. Tous les habitués savent que certains mots sont définis pratiquement comme dans le dictionnaire (« entame de la journée : matin »), ou sont accessibles en s’appuyant sur leur nature unique (« chef-lieu des Bouches-du-Rhône : Marseille »). Ces deux premières catégories ne sont pas les plus intéressantes pour le cruciverbiste.
On trouve aussi des associations, pour lesquelles on choisit entre plusieurs hypothèses, parfois en fonction des autres lettres dont on dispose, parfois en raison des habitudes, lorsqu’on les connaît, du verbicruciste (« fanfaronna : parada », « rendre public : nationaliser »; « crée un creux : évide » etc.)

Equivoque

Mais on lit souvent des définitions qui, étant de véritables « indications pour trouver », en disent long sur la façon dont le lexique « sédimente » dans la mentalité collective. Ainsi, avec « fixé à l’avance : prédestiné », on est loin du sens, loin de l’idée même d’un sens; ce qu’on décrit, en réalité, c’est sous quelle forme verbale une croyance s’est imprimée dans les esprits. De même « direction de société : management » est en fait la contraction de « dans la langue des affaires, on emploie ce terme pour désigner la façon dont une entreprise est gérée ». Les descripteurs seraient d’ailleurs étonnés de savoir que le mot qui vient d’être cité a eu  en Italie et en France un usage longtemps réservé aux écoles d’équitation ! Avec « Filet ! : let », il faut connaître le tennis pour faire le lien — un poissonnier ou un chef-cuisinier penserait sûrement à autre chose … C’est un peu comme la célèbre formule de Tristan Bernard (« vide les baignoires et remplit les lavabos : entracte »), qui supposait autant d’humour que de connaissance des habitudes parisiennes propres à une certaine époque .

Où l’on voit qu’il est facile de créer la plurivocité en voulant signifier (intention sémantique) une équivalence unique. Il n’est pas interdit de penser que chaque locuteur fait de même avec les meilleures intentions du monde.

GENERIQUE et SPECIFIQUE (II)

# 240915

Au début de sa célèbre nouvelle de 1915, Franz KAFKA voit son héros transformé en Ungeziefer ; ce terme « désignant collectivement (et sans équivalent en français) une ‘vermine domestique' » — Je cite Corinna Gepner*, dont l’analyse comparée des diverses traductions du début de « La Métamorphose » est un nouvel exemple de ce que je cherche à montrer ici.
Elle indique notamment que la parenté du verbe (verwandeln) et du titre de la nouvelle (Die Verwandlung) n’est respectée que deux fois sur les cinq éditions qu’elle a sélectionnées de ce côté-ci du Rhin. Mais elle révèle surtout que c’est en français que l’insecte est précisé, vermine étant nettement moins suggestif, au moins pour l’imagination du lecteur francophone; d’ailleurs, précise-t-elle, le romancier et son éditeur s’accordaient à comprendre cette bestiole comme une punaise.

Qu’importe, dira-t-on, il n’y a pas de trahison du texte de départ, puisqu’il ne précise rien quant à l’espèce. Certes, mais obtient-on la même chose ? Le sujet du tableau reste conforme à l’original, mais le remplissage et les divers arrière-plans conduisent-ils le lecteur à la même expérience ? En fait, cette situation paradoxale, où la langue-cible dispose du moyen de potentialiser le message initial, nous invite à une reconstruction fictive du littéraire.

Oubliant Kafka, on peut imaginer d’autres débuts de récits :

« Chaque matin, Boris se levait tôt pour rejoindre son usine 1. d’armement. / 2. de fabrication de missiles Fire-and-Forget.« 

« Maggy quitta sa cuisine bien avant son petit-déjeuner; le jour se levait tout juste sur Pine Ridge, et 1. le bétail avait disparu. / 2. sa vache avait disparu. »

« Saveria ne parvenait pas à détacher son regard du vieux mur où, jusqu’à ce matin-là, était attaché(e) 1. son troupeau. / 2. la chèvre qui était née le jour de ses huit ans. »

Lequel fait littérature ?

Preuve que l’absence d’ambiguïté se constate parfois à regret.  (Cf. art. 130815 : l’amb. peut être bienvenue).

Réf. Translittérature, n°44, Paris, 2013, pp. 5 – 9

AMBIGUïTE

# 190915

Chaque langue impose aux locuteurs natifs des distinctions dont ces derniers ont parfois bien du mal à rendre compte. Voici un exemple pris dans un web-forum que les contributeurs consacrent à la recherche d’un moyen de différencier, en anglais, electric et electrical:

« Electric » is used in front of a device or machine that runs on electricity. It is used when the object has been specified.

« Electrical » is used in a more general sense, as in referring to ambiguous nouns. (By ambiguous, I mean unspecified e.g. machine, appliance). « electrical » is also used when the object is specified, but the object is not run on electricity, but is related to electricity i.e. Electrical engineer.

Ce point de vue sur la raison du maintien d’une double ressource là où la plupart des langues n’ont qu’un mot est intéressant, mais c’est évidemment la référence à l’ambiguïté qui attire notre attention, En fait, un terme ambigu est ce que nous appellerions un terme générique (« sans précision »). Il s’oppose à « précisé » (« specified« ). D’où l’exemple de l’appareil : un appareil électrique (« electrical« ), mais une bouilloire électrique (« electric« , car on a précisé de quelle matériel il s’agit).

Un photographe parlerait de changement de focale : dans « guitare électrique », on resserre la focale par rapport à tous les instruments de musique, et l’adjectif sert à préciser davantage encore dans la liste des guitares — donc, « electric guitar » ; dans « matériel électrique », la focale est large, on parlera d' »electrical goods ».
On voit clairement ici, dans cette lexicographie spontanée, le lien qui est fait entre l’ambiguïté et le genre ; « ambigu » ne qualifie pas le double sens d’un mot mais sa potentialité d’être un hyper-lexème.

http://english.stackexchange.com/questions/31649/what-is-the-difference-between-electric-and-electrical-and-their-usage