GENERIQUE ET SPECIFIQUE (I)

# 270815

Traducteur de Geek Sublime, ouvrage fécond déjà commenté ici, Johan-Frédérick Hel Guedj donne une « note du traducteur « ainsi libellée : « En français, les termes hacking et hacker ont un sens réducteur, désignant le piratage informatique. » Pour illustrer la polyvalence de ces termes en anglais, il cite: « la culture de l’informatique, les cercles où l’on pratique cette informatique comme un hobby, ou les gens qui font de la programmation une pratique inventive. »

Il est certain que le sens précis de ces deux mots est hautement dépendant du contexte, du lieu, de l’époque, et même des intentions de ceux dont on parle. Le rapport à la programmation date des années 1970; la définition annexée à un sens devenu générique 〈 a person skilled with the use of computers that uses his talents to gain knowledge 〉ne doit pas faire oublier le caractère intuitif et non-professionnel du hacking ; au point que l’anglophone a besoin de syntagmes comme  « white-hat » (hacking for the enjoyment of exploration), « black-hat » (hacking to find exploits and system weaknesses ; = a cracker — celui-ci serait le « pirate » au sens français), et « grey-hat » (a little bit of both) pour que le jugement porté sur la personne en question soit plus clair.

Là encore, on se trouve devant un problème de taxinomie, mais cette fois-ci c’est la langue-cible qui fait envahir un terme générique par un sens secondaire en langue-source, autrement un problème d’extensivité non désirée.

L’ORIGINAL COMME AUTORITÉ.

# 190815

A titre d’exemple d’un argument d’autorité, Arthur Schopenhauer cite ce « curé français, qui pour ne pas avoir à paver le pas de sa porte comme tous ses paroissiens, invoqua une citation biblique : paveant illi, ego non pavebo. Cela suffit à convaincre le bourgmestre. »

Qu’ils  tremblent ! moi je ne tremblerai pas — affirma-t-il; mais le contexte et sans doute l’ignorance de l’auditoire firent que l’on comprit tout autre chose : ils peuvent paver, moi je n’en ferai rien.

Combien de fois la traduction nous présente as an expedient truth des incohérences que le texte original aurait radicalement écartées. Sans parler du nombre de textes qui nous sont parvenus non de leur langue originale, mais d’un texte en langue médiatrice. C’est le cas d’Isaac Bashevis Singer dont la version française des romans provient de la version anglaise, et non de l’original en yiddish ; et pendant tout le Moyen Age, la philosophie grecque se lisait dans sa traduction latine ou arabe.

Source: A. Schopenhauer, L’Art d’avoir toujours raison, trad. Hél. Floréa, Paris, Librio, 2014.

L’EQUIVOQUE PEUT ETRE BIENVENUE

#130815

Traducteur de Freud (entre autres), Denis Messier confie s’être fixé plusieurs règles : vigilance quant à la présence discrète de concepts / sous-concepts, et aux métaphores sous-jacentes (qu’il faut « détecter et rendre ») , « ne rien laisser de côté dans un mot », « ne pas négliger les Abtönungspartikeln » (ou petits mots qui servent la communication auteur – lecteur) , « éviter les mots de la langue savante quand ils ne se justifient pas »,
Et pour la première de ses règles, « absolument éviter les ambiguïtés », Messier donne l’exemple des compléments du nom.
C’est un sujet bien connu des séminaires de traduction dans les sections universitaires de Langues Vivantes, mais il est rapidement oublié dans le travail éditorial. Si je dis : »La peur des femmes, c’ est un énoncé ambigu ; « la peur inspirée par les femmes » ne l’est plus, et correspond grosso modo au terme scientifique lui aussi sans équivoque : « gynophobie ».
A cet égard, qu’il me soit permis d’ajouter la recommandation suivante : toujours s’interroger sur une éventuelle présence (et fonction, donc) d’ambiguïté dans l’énoncé initial ; toujours veiller à respecter la polysémie du terme à traduire : aucun équivalent français à ce jour ne rend précisément ce qu’on appelle computer science dans le monde anglophone.

Réf. Emmanuèle Sandron: « La fièvre argumentative », entretien avec Denis Messier », Translitttérature, Eté 2013, N°45, pp. 42-48).

TRADUIRE AVEC (OU CONTRE) FREUD.

#100815

Les problèmes relatifs à la traduction des textes de Freud ont fait l’objet d’un dossier dans l’une des dernières livraisons « papier » de la revue Translittératures, (N°45, été 2013), sous la direction d’Emmanuèle Sandron. Celle-ci est bien inspirée de citer deux éclairages de l’auteur sur une éventuelle version française de son oeuvre : « [Traumdeutung], d’une lecture déjà difficile en allemand, me paraît, à cause de sa terminologie, tout à fait intraduisible » (Lettre à S. Jankélévitch, 13 avril 1913), et « le traducteur […] devrait au fond être lui-même psychanalyste et remplacer tous les exemples par du matériel de sa propre langue » (Lettre à Gaston Gallimard, 24 décembre 1921).

Il semble que ce soit pour le français que les craintes et précautions de Freud aient été les plus aiguës, le passage à l’anglais, par exemple, s’étant fait « sans douleur » — ce qui étonne quand on sait les nombreuses approximations qui ont été relevées depuis par les spécialistes. Peut-être était-ce parce que la France et la langue littéraire française n’avaient été qu’effleurées par le romantisme allemand; ou parce que Strachey s’est mis au travail dix ans après S. Jankélévitch.

Il reste que pour Freud, il y a de l’intraduisible, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes quand on sait l’importance fondatrice du couple traduire / interpréter dans l’ensemble de son oeuvre. Les raisons invoquées sont très intéressantes :

  • D’abord, le caractère spécialisé de la terminologie : Freud a conscience de s’être forgé un lexique propre, et il sait que, selon toute vraisemblance, cette liste sera tôt ou tard défective en matière d’équivalence terme à terme. Lorsque le concept de « raison » évolue de Kant à Fichte puis Hegel, il s’agit toujours de « raison » — la lecture est précisément une appropriation de ce terme au fur et à mesure de l’évolution de son sens. S’agissant d’einfall ou de witz, il en va différemment : il s’agit d’occurrences de sens fournis par une langue donnée et saisis dans leur processus de devenir des concepts neufs. D’où cette réticence compréhensible de la part de Freud.
  • Ensuite, il y a le rappel de la fonction de l’auteur. A vrai dire, qui mieux qu’un électronicien ou un banquier traduira un texte sur un procédé électronique ou des opérations bancaires ? La remarque de Freud tient cependant du vœu pieux, puisque les psychanalystes n’étaient pas légion en 1913, ni même en 1923.
  • Enfin, et cette dernière remarque est des plus fécondes, le rôle de la langue-cible. A cet égard, la distinction est faite entre deux niveaux d’écriture: d’une part, la démonstration, l’exposé de la thèse, qui, avec les réserves déjà relevées, peuvent être exprimées dans une autre langue ; et d’autre part, ce qu’il appelle « les exemples », autrement dit le retour au concret, le particulier, qui à l’inverse de la théorie, permet de saisir la généralité sans en avoir le statut. Or dans ce dernier cas, Freud préconise d’oublier la langue source, et de ré-écrire le texte initial, en quelque sorte, en fonction des associations en langue-cible.

La suggestion est fondamentale ; lorsqu’il y a en jeu deux séries, celle des référents, des éléments du réel, et celle des noms pour les désigner, de multiples effets viennent s’ajouter à la simple dénotation – il est donc primordial de retrouver dans la traduction cette charge de scintillements révélateurs, quitte à s’éloigner du message de départ.

Ce qui sous-tend l’inquiétude de Freud nous achemine vers ce que nous avons appelé l’ambiguïté ; car l’hypothèse freudienne est qu’il y a au moins deux sens à traduire, probablement davantage. Mais la question que nous posons touche aux limites de ladite recommandation : pourquoi se restreindre aux exemples de procédés psychanalytiques ? Au nom de quoi va-t-on considérer que là, il y a double sens, ou triple sens, ou jeu sur les évocations proches ou lointaines de telle ou telle association de mots, et que le reste du texte est vierge d’allusions et autres connotations parce que nous, nous n’en avons pas décelé ? Peut-être doit-on désormais envisager un tout connotatif dont, comme s’il s’agissait d’un iceberg, l’ambiguïté ne serait que la partie émergée.

LE PROBLEME DU JOUR

# 060815

Soit une partie d’un poème de Nils-Aslak Valkeapää (auteur finlandais de culture same) évoquant des rênes, qui tous diffèrent par leur âge, leur apparence, leur genre, la forme des taches de couleur sur le pelage, diverses marques etc. Chaque sous-espèce est bien sûr désignée par un terme propre. Soit maintenant un traducteur confronté à ces quelques vers : dans l’impossibilité de trouver quelques équivalents, Harald Gaski s’abstint de traduire. Il y avait trop de termes en langue-source, trop peu en langue-cible.

Cette  anecdote révélatrice est rapportée par l’écrivain écossais John Burnside dans un article passionnant du Guardian Weekly* consacré au récent ouvrage de Robert Macfarlane : Landmarks. Ce dernier s’attache à tout ce vocabulaire né de l’espace à décrire (« words born of connection to place » dit Burnside) et aux enjeux, pour notre monde post-moderne, liés à la continuité de la langue et du terroir. Un exemple : maintenant que je connais le sens du mot « smeuse », terme dialectal (d’Est-Anglie) désignant le trou fait à la base d’une haie par le passage régulier d’un petit  animal, je serai plus attentif, dit  Macfarlane, à tout ce qui signale sur le terrain les déplacements des rongeurs et autres fouisseurs.

Ailleurs, Burnside cite le recensement du lexique de la tourbe réalisé par une équipe autour d’Anne Campbell ; pour la seule région de Lewis Moorland (Outer Hebrides),  on a relevé plus de 120 désignatifs et qualificatifs pour décrire cette matière. Pour ceux-ci, peut-être trouverait-on en France tout au plus une quinzaine d’équivalents dans le dialecte briéron de Loire-Atlantique. Mais dans une région comme dans l’autre, la méconnaissance de ce micro-lexique, s’accompagne d’un changement dans la façon de travailler le matériau, et d’une atrophie du sentiment de devoir préserver la spécificité de cet environnement (Finlay Macleod).

Pour revenir sur le terrain de la traductologie, on rappellera que l’attention au découpage de l’expérience selon les cultures n’est pas une nouveauté. On sait depuis longtemps que le nombre de termes pour qualifier la neige chez les Eskimos, ou les listes de mots rattachés au chameau chez les Arabes nomades, constituent à la fois une richesse inégalement partagée et une difficulté pour l’interprète. Mais justement, l’omission des précisions, quand celles-ci sont inexistantes en langue-cible, ou l’abstention, comme dans notre anecdote de départ, ont-elles pour effet de nier la traduction, voire de poser qu’il y a de l’intraduisible dans la langue ? L’université a érigé en dogme l’idée qu’il n’y a pas d’intraduisible. Après tout, si l’on tient vraiment à spécifier de quel rêne il est question, on peut toujours « faire cinq lignes » et l’information sera transmise dans son intégralité.

« Non, diront certains, on aura perdu la dimension poétique du message original », cette dimension perdue annule, dans le message obtenu, son statut de traduction – opinion qui est loin d’être fausse, même s’il faut garder à l’esprit la fréquence des déficits dans le passage d’une langue à l’autre (en s’attachant à préserver une qualité poétique, par exemple, on oublie parfois un point de vue métalinguistique, ou une allusion humoristique qui ne serait pas comprise ; dans les textes de presse, c’est souvent l’emphase qui, dans la langue d’arrivée, va se trouver déplacée …)

Il y a toujours d’une langue à une autre un différentiel quantitatif – pensons au vocabulaire des sentiments entre l’anglais et le français –, mais il est exceptionnel qu’il y ait inégalité quant aux moyens d’expression. C’est là qu’intervient le respect, difficile, de l’intention caractéristique du message initial. Dans les cas où un large lexique fait face à un lexique plus restreint, le statut du message (traduisible ? non-traduction ? équivoque ? etc.) tient en fait au niveau de profondeur de la discrimination entre les signes. Les manœuvres classificatoires, les taxinomies, sont, on l’a vu, variables selon les cultures. A propos de la tourbe, tel dialecte des Hébrides dispose d’une grande profondeur taxinomique, un peu comme l’italien à propos des étoffes. Sur d’autres sujets, certaines langues au contraire auront très peu de profondeur taxinomique et seront contraintes à l’emprunt : pensons à la dégustation d’un grand vin en anglais  par rapport à ce qu’elle est en français !

*The Guardian weekly, pp. 36-37, 17/07/2015. John Burnside, né en 1955, poète, et aussi informaticien, Black Cat Bone (roman, 2011) a obtenu le Prix Forward. Traduits en français : un recueil de poèmes bilingue (Chasse nocturne, 2009, Meet éditns, Saint-Nazaire), et A Lie About My Father (2006) [Un mensonge sur mon père] (Métailié, 2009)