Après le cliché

Ceux qui ont eu le plaisir de voir la récente exposition de Georges Didi-Huberman à Paris (« Soulèvements », au musée du Jeu de Paume) ont pu constater que l’ambivalence est encore plus fréquente s’agissant de l’image que du texte, et que c’est, paradoxalement, plus vrai encore , lorsqu’il s’agit d’images réalistes ou de photographies, que l’ont croirait à l’abri des fausses pistes ou des interprétations erronées (le Magritte de « Ceci est une Pipe » a bien su le montrer).  Le cliché qui a servi d’affiche n’a pas entièrement convaincu les visiteurs enthousiastes et il semblerait que les plus sceptiques y ont même trouvé matière à critique (cf. http://www.droguistes.fr/essayer-montrer-voir/).

Gilles Caron saisit un moment d’un conflit qui a divisé l’Ulster et l’intitule Manifestations anticatholiques à Londonderry 1969;  le trouble naît de l’association malheureuse avec le titre que le commissaire  adonné à son exposition, « Soulèvements / Uprisings ». Les jeunes photographiés sont là pour menacer ceux qui se sont soulevés,  pour rappeler le caractère intangible de l’ordre établi, considéré comme une occupation de type colonial par les catholiques, par ceux que ces lanceurs de pierres cherchent à atteindre.

 

Georges Didi-Huberman a expliqué qu’il n’avait pas participé à la réalisation de l’affiche, que les responsables de la communication du musée se voulaient impartiaux (ni pro-, ni anti-). Il n’en demeure pas moins que la notion d’ambiguïté revenait souvent dans les conversations.  On peut y voir la preuve que l’image ne se suffit pas à elle-même, qu’elle ne peut à elle seule transmettre l’intégralité du sens historique, voire humain, de ce qu’elle représente. Maintenant, s’il faut pour chaque image, une notice pour éliminer les imprévus du sens, autant s’abstenir de représenter ! Et s’il n’y avait pas eu de titre, ce jour-là au musée, ni d’étiquette portant les circonstances associées à la photo de Gilles Caron, combien auraient vu de valeureux  combattants affrontant seuls les forces obscures qui s’opposent à leur liberté ?

 

En musique aussi …

#30012017

Le Nozze di Figaro, d’après Beaumarchais, musique de W.A.Mozart. La confusion (celle, entre autres des sentiments) un peu comme si l’on repartait du mariage (brutalement mis à mal par Don Giovanni) de Zerline et Masetto, et que, cette fois, on voyait le peuple (Suzanne et Figaro) résister à la tentative de cuissage du Comte Almaviva . Une autre figure issue du peuple, la fille du jardinier, n’est pas en reste en matière d’ambivalence du discours.

Voici ce que chante Barberina, lorsqu’elle se rend compte qu’elle a perdu … une épingle:

L’ho perduta, me meschina!
Ah chi sa dove sarà?
Non la trovo. L’ho perduta.
Meschinella!
E mia cugina? E il padron,
cosa dirà?

(Je l’ai perdue, quel malheur !  Qui sait où elle est? Je ne la trouve pas, que je suis malheureuse ! Ma cousine ? Mon patron, que va-t-il dire ?)

Ce qui la rend si malheureuse,  c’est que si tout s’était passé comme prévu, l’épingle perdue aurait servi de preuve que le destinataire (Almaviva) avait lu, et qu’il acceptait, l’invitation galante proposée par l’expéditrice (inconnue) de la lettre.  Est-ce en raison de sa jeunesse que Barberine croit avoir offensé l’amour ?

Si l’air de Barberina n’était pas si triste, des générations entières de spectateurs se seraient satisfaits de cette explication. Mais la mélodie est si humblement pathétique, la respiration si proche de la blessure que dès le XVIIIème siècle une tradition libertine a entendu ce s mots comme une défloration déguisée :  ce dont se plaint  Barberine, ce n’est pas  d’avoir perduson épingle, mais sa virginité. Mozart l’ambigu !