INTRADUI-(-T / SIBLE)

# 040416

Un article tout-à-fait réussi, dont je donne le lien ci-après, relève neuf mots français « qu’il nous faudrait » (« nous » = English-speaking people) : neuf mots de la langue française dont l’anglophone aimerait disposer dans sa langue.

https://www.babbel.com/en/magazine/favorite-french-words?bsc=engmag-a51-info-favoritefrenchwords-ob&btp=1_eng_out_cd&utm_campaign=cd_engall_gen_cfr_frenchwords&utm_content=9+Awesome+French+Words+We+Should+Be+Using+in+Engli&utm_medium=CON&utm_source=outbrain&utm_term=41859

Il y aurait beaucoup à dire sur le thème de la richesse comparée des langues. J’ai plusieurs fois évoqué le norvégien, l’islandais, le mongol ou l’arabe pour leur richesse lexicale sur tel ou tel champ  sémantique. Alors comment l’anglais pourrait-il envier des vocables au français ?  C’est avec grand plaisir qu’on peut lire comment cette envie se répartit en trois  catégories :

« Some words express a cultural concept, an idea intrinsically bound with the language and culture […] Other[s…] are the “of course!” words, the “why don’t we have a word for that?” words. Then [… other] words just speak to you : just plain beautiful [… l]ike music or poetry, [they] resonate with your core. »

Ce qui est intéressant ici, c’est le besoin avoué d’avoir pour telle ou telle notion un mot; car chaque langue dispose d’un équivalent, souvent une phraséologie, pour dire ce que dit l’autre langue, même lorsque pour rendre une notion étrangère mais connue (« spare the turkey »), il n’y a pas de strict équivalent —  l’anglais, par sa souplesse, a montré sa capacité dans ce domaine. Posons donc pour mémoire ce désir d’une seule unité sémantique, un syntagme, un groupe de mots, étant considéré comme un échec  à traduire.

De ces neuf termes, « dépayser » est considéré comme concept culturel intraduit (« leave one’s comfort zone »); « nombrilisme » (« self-centeredness ») en est un autre, « vachement » (« truly »), aussi.

– « chauve-souris » (« bat »), « avoir le cafard » (« to be depressed »), « chou » (« cute ») sont de ces mots qui font envie par leur appel à l’imaginaire, leur façon de solliciter l’unanimité sur le rapport à une expérience irréelle.

-« ronronner » (« to purr »), « coccinelle » (« ladybird ») chantent le monde comme autant de mélodies instantanées.

Enfin, « dépanneur », dans son acception québécoise (« corner store »), illustre à la fois « le bon sens près de chez soi » et la vitalité de la relation bijective  langue-culture, et ce, même au niveau dialectal.

concept culturel intraduit

mode d'évaluation des déperditions de sens et des gestions de l'ambiguïté dans la traduction