Archives par mot-clé : ambiguïté

Ambiguïté = richesse

# 300416

GEORGE ORWELL SUR L’AMBIGUïTE.

Dans son appendice à 1984, Orwell expose les « principes du novlangue », et certaines de ses remarques éclairent plus généralement la notion d’ambiguïté.
Le novlangue « inventé pour répondre aux besoins de l’angsoc (le socialisme anglais) […] n’était pas la seule langue en usage » (p. 395). Il faudra, explique Orwell, attendre 2050 pour qu’il supplante l’ancilangue. La mise en place du novlangue avait pour but de

« fournir un moyen d’expression aux idées générales et habitudes mentales des dévôts de l’angsoc [et] de rendre impossible tout autre mode de pensée. » (ibid.)

L’élimination de l’ambiguïté est d’abord évoquée à propos du « Vocabulaire A », ce que nous appellerions les monèmes usuels de la vie quotidienne. Le romancier précise qu’on en avait réduit le nombre, et délimité le sens « avec beaucoup plus de rigidité. On les avait débarrassés de toute ambiguïté et de toute nuance» — ce qui rendait impossible leur emploi en littérature, politique ou philosophie ; en effet, chaque mot de cette liste était « un staccato exprimant un seul concept clairement compris » (p. 397).
Orwell ne fait pas référence à l’équivoque – ce qui peut se comprendre puisqu’en anglais, l’usage de ce terme est plutôt une affaire de lexicographes, l’anglophone préférant ambivalent à equivocal – mais, dans son deuxième emploi d’ambigu, il l’associe à un autre terme :

« D’autres mots [du vocabulaire B] étaient bivalents et ambigus. Ils sous-entendaient le mot bien quand on les appliquait au Parti et le mot mal quand on les appliquait aux ennemis du Parti » (p. 402)

Par exemple, minipax (ministère de la paix) était entendu comme ministère de la guerre si vous étiez opposé à la ligne politique du parti au pouvoir.
Dans le même ordre d’idée, Orwell cite le mot

« canelangue, qui signifie « faire coin-coin comme un canard ». Le mot canelangue, comme divers autres mots du vocabulaire B, avait un double sens. Pourvu que les opinions émises en canelangue fussent orthodoxes, il ne contenait qu’un compliment […] » (p. 405).

Car en tout cela, le but était

« de faire sortir du larynx le langage articulé sans mettre d’aucune façon en jeu les centres plus élevés du cerveau. » (Ibid.)

Outre tout ce que 1984 nous dit de 2015-2017, le traducteur serait bien inspiré de s’y arrêter quelques instants. On n’ira pas jusqu’à dire que toute désambiguation manifeste chez le traducteur une police de la pensée !, mais il ne serait pas mauvais de faire le bilan de ce que l’on élimine quand on retreint ce qui nous paraît équivoque : le risque est grand d’attenter à un vieux fonds de nuances, de couper le lien avec une tradition, de faire avorter le début d’une différance, pour parler comme Derrida, au profit d’une pensée dominante, au point que les bivalences qui demeurent — il en reste toujours — passent pour des erreurs ou des quêtes d’orthodoxie.

(Texte utilisé : 1984, trad. Amélie Audiberti, Paris, Gallimard, 1950, éd. « Folio » 2013, pp. 395-408)

Erri De Luca : Imposture et vanité

# 021115

Une section du texte d’Erri De Luca Et il dit est consacrée à ce verset biblique : « Tu ne soulèveras pas le nom de Yod ton Elohim pour l’imposture. » Et l’auteur commente: « Rien à voir avec la version où on lit : tu ne nommeras pas en vain. » (Et il dit / E disse, 2011, Folio Gallimard, 2012, trad. Danièle Valin,  p. 61) Il est vrai que cette notion de vanité est fréquente — la tradition anglo-saxonne, par exemple, n’use que de vainly ou de in vain. »
Plus loin, De Luca explique l’interdit auquel il est fait référence : « appeler la divinité comme garant […] d’affirmations. ‘Je jure sur D que’… [t]u n’oseras pas soulever ce nom pour soutenir une imposture. » (ibid.)
Dira-t-on qu’en évitant « en vain » l’auteur lève une ambiguïté ? — Il semble plutôt qu’il s’affronte à une tradition installée dans le passage de l’hébreu biblique aux langues romanes, l’italien en l’occurrence (traduzione / tradizione). Mais même inexactement traduit (traduttore / traditore), le commandement n’a pas été interprété de travers pendant les siècles qui nous séparent de Moïse ; après tout chacun a compris que le saint nom du Tout-Puissant ne doit être invoqué que pour le vénérer, et que pour cette même raison, le parjure est à proscrire.

Peut-être alors peut-on estimer que la Bible de Jérusalem offre un bon compromis entre les différentes façons de rendre [ לשווא ] : « Tu ne prononceras pas le nom de Y—- ton Dieu à faux, car Y—- ne laisse pas impuni celui qui prononce son nom à faux. »

Ce qui est remarquable ici est que le souci de fidélité à la parole initiale, pour louable qu’il soit, perd de son acuité lorsque ladite parole est perçue, ressentie, comme étant par essence un texte  à  puissances multiples (ressentie : c’est en cela qu’il s’agit de tradition).

A propos des littératures traduites, au nombre desquelles on nous pardonnera de comprendre les textes dits fondamentaux pour leur caractère sacré ou leur symbolisme, nous avons évoqué ce qu’avec Borges nous appelions la « dynastie d’hostilité« , en rappelant qu’il est difficile voire périlleux de se défaire de la marque initiale imposée par la première traduction et l’univers qu’elle a créé ; ici, le souci de précision semble ajouter au sens plutôt que le rétablir.

When languages split up

# 091015

Ci-joint quelques remarques tirées de l’excellent ouvrage de Max Weinreich  History of the Yiddish Language  (Yale Univ. Press, 2008).

L’expulsion des Sephardim a eu pour effet que ces populations déplacées emportaient avec elles leurs textes religieux, et que, lorsqu’il devenait nécessaire de les traduire en langue usuelle, des variations se faisaient de plus en plus nombreuses dans ces transcriptions selon les villes, les foyers culturels, où lesdites communautés s’établissaient. Weinreich compare ainsi la Bible de Ferrare (1533) et celle de Constantinople (1547). La langue reste bien sûr le Ladino des Sépharades, mais elle entre dans un processus de différenciation marquée : Constantinople prend Passah au sens de fête religieuse, à la manière des Chrétiens; Ferrare entend par Passah la Pâque juive; Putiphar (seris) devient « eunuco » à Ferrare, tandis que Constantinople le désigne par le terme arabisé correspondant à « esclave ». Dans cette même édition, les marchands nomades sont appelés « los Moros » (les Arabes), alors qu’ils sont « Ismaelitos » dans la version de Ferrare.

C’est aussi, on le voit, par rapport à la bible chrétienne que se fait l’effort de démarcation ; on rivalise d’invention pour garantir la fidélité au texte original.   Weinreich (p.150, vol. I) montre comment les traducteurs de Ferrare multiplient les emplois du suffixe –ensia, dont l’usage a pourtant cessé en langue espagnole depuis 1300; Dieu est « el Dio« , et non le « Señor »  des bibles chrétiennes (Weinreich signale que dans le texte médiéval, c’était « Adonay« ). Pour « déplorer (la mort de …) » on crée un verbe alemuñarse à partir du lamentari latin, étymon disparu de la version chrétienne ;  celle-ci rend « Mayim » par agua, Ferrare maintient le pluriel « aguas« . A l’inverse, un exemple frappant est le traitement de « betula » (vierge), pour lequel Constantinople utilise un terme spécifiquement juif « escosa » (= enfant), alors que Ferrare emploie « virgen« , qui n’est pas sans évoquer la  tradition hispano-chrétienne de « la mère de [notre] Seigneur ».

Au contraire, dès qu’il n’est plus question de source biblique, ni de transcription à partir de l’hébreu, les écrits en Ladino se caractérisent par l’emploi de mots nouveaux, de constructions novatrices, de composés inédits — bref une langue orientée par la parole vers une socialisation laïque. Weinreich en donne deux magnifiques exemples : le terme de « darsar » (initialement « prêcher », qui prend le sens de  « faire une conférence »), et d’autre part l’adjectif « desmazalado » (malchanceux », dérivé de l’hébreu mazal = la chance) qu’il retrouve chez Cervantès.

Sur la question des difficultés à traduire l’espagnol des marranos, l’ouvrage n’est pas d’un grand secours, mais toutes les observations de l’auteur  tendent à  démontrer que ce n’est pas tel ou tel terme dont le sens se dédouble, mais que c’est la langue elle-même. Le ladino n’est pas un parler ou un crypto-dialecte espagnol, c’est un « repli » de la langue elle-même, et ces quelques mots symptomatiques sont des témoins d’une inscription dans une culture autre, d’une bi-culturalité.  De ce point de vue, « desmazalado » veut toujours dire que la chance a tourné, et sur cela, il n’y a aucune équivoque ; la seule ambiguïté que recèle ce terme , c’est de dire à la fois la spécificité juive de la « qualité » qu’il désigne et l’universalité de l’épreuve que fait subir à quiconque un dieu qui se détourne.

AMBIGUïTE

# 190915

Chaque langue impose aux locuteurs natifs des distinctions dont ces derniers ont parfois bien du mal à rendre compte. Voici un exemple pris dans un web-forum que les contributeurs consacrent à la recherche d’un moyen de différencier, en anglais, electric et electrical:

« Electric » is used in front of a device or machine that runs on electricity. It is used when the object has been specified.

« Electrical » is used in a more general sense, as in referring to ambiguous nouns. (By ambiguous, I mean unspecified e.g. machine, appliance). « electrical » is also used when the object is specified, but the object is not run on electricity, but is related to electricity i.e. Electrical engineer.

Ce point de vue sur la raison du maintien d’une double ressource là où la plupart des langues n’ont qu’un mot est intéressant, mais c’est évidemment la référence à l’ambiguïté qui attire notre attention, En fait, un terme ambigu est ce que nous appellerions un terme générique (« sans précision »). Il s’oppose à « précisé » (« specified« ). D’où l’exemple de l’appareil : un appareil électrique (« electrical« ), mais une bouilloire électrique (« electric« , car on a précisé de quelle matériel il s’agit).

Un photographe parlerait de changement de focale : dans « guitare électrique », on resserre la focale par rapport à tous les instruments de musique, et l’adjectif sert à préciser davantage encore dans la liste des guitares — donc, « electric guitar » ; dans « matériel électrique », la focale est large, on parlera d' »electrical goods ».
On voit clairement ici, dans cette lexicographie spontanée, le lien qui est fait entre l’ambiguïté et le genre ; « ambigu » ne qualifie pas le double sens d’un mot mais sa potentialité d’être un hyper-lexème.

http://english.stackexchange.com/questions/31649/what-is-the-difference-between-electric-and-electrical-and-their-usage

L’EQUIVOQUE PEUT ETRE BIENVENUE

#130815

Traducteur de Freud (entre autres), Denis Messier confie s’être fixé plusieurs règles : vigilance quant à la présence discrète de concepts / sous-concepts, et aux métaphores sous-jacentes (qu’il faut « détecter et rendre ») , « ne rien laisser de côté dans un mot », « ne pas négliger les Abtönungspartikeln » (ou petits mots qui servent la communication auteur – lecteur) , « éviter les mots de la langue savante quand ils ne se justifient pas »,
Et pour la première de ses règles, « absolument éviter les ambiguïtés », Messier donne l’exemple des compléments du nom.
C’est un sujet bien connu des séminaires de traduction dans les sections universitaires de Langues Vivantes, mais il est rapidement oublié dans le travail éditorial. Si je dis : »La peur des femmes, c’ est un énoncé ambigu ; « la peur inspirée par les femmes » ne l’est plus, et correspond grosso modo au terme scientifique lui aussi sans équivoque : « gynophobie ».
A cet égard, qu’il me soit permis d’ajouter la recommandation suivante : toujours s’interroger sur une éventuelle présence (et fonction, donc) d’ambiguïté dans l’énoncé initial ; toujours veiller à respecter la polysémie du terme à traduire : aucun équivalent français à ce jour ne rend précisément ce qu’on appelle computer science dans le monde anglophone.

Réf. Emmanuèle Sandron: « La fièvre argumentative », entretien avec Denis Messier », Translitttérature, Eté 2013, N°45, pp. 42-48).