Archives par mot-clé : dédoublement

INTERSTELLAR (2)

# 080715

Ce que démontre notre méditation, c’est qu’il y a certes, la langue telle qu’on la connaît, le signifié et le signifiant, l’axe du choix et l’axe de l’enchaînement, et la possibilité de jouer sur les diverses fonctions du langage (ici la fonction poétique) en prévoyant des marqueurs appropriés. Mais il se trouve aussi, en l’énonciateur (le poète) et le re-créateur (lecteur), un pressentiment du potentiel « signifiable », de la puissance de sens en réserve dans ce qui n’est pas encore énoncé — anticipation probablement liée à ce que les poètes appellent l' »état poétique », et retrouvée par le public lorsque le poème est réussi. C’est d’ailleurs pour cette raison que la poésie se transmet idéalement dans et par l’oralité.

Chacun d’entre nous interprètera différemment how bright / Their frail deeds might have danced in a green bay, chacun aura sa propre anticipation du sens de ce message, mais assez vite, il se crée une « dominance » de telle ou telle probabilité de sens.

A ce niveau commence une variété de cas que l’on regroupera sous le terme provisoire d' »équivoque » — ou égalité des sens convoqués. Devant that good night, l’hésitation se fera entre quelques potentialités sémantiques; si j’ajoute go gentle, puis aussitôt dance in a green bay, la probabilité de sens va être de plus en plus divisée ; le partage sera de plus en plus grand dans la mesure où de plus en plus de parts seront coupées, et non en raison d’un agrandissement de la part commune. Car plus le texte sera riche en images, plus l’improbable gagnera de terrain sur le probable. Comment le traducteur peut-il rendre cette équivoque?

L’anglais decade est équivoque puisqu’en français il devient « décade » ou « décennie »; il ‘agit cependant d’une équivoque purement théorique, puisque le contexte ou l’évidence permettra de choisir sans erreur. Devant that good night, l’équivoque est d’une tout autre nature. Nous lirons plus loin, les remarques passionnantes de François Billeter ou J.-L. Borges sur ce thème.

Retenons pour l’instant que la poésie s’affiche comme dédoublement, duplication de doubles, pourrait-on dire, quelque chose comme une série de fractales langagières …