Archives par mot-clé : désambigüation

DESAMBIGüATION INATTENDUE.

# 190715

L’exemple sur lequel nous allons réfléchir est tiré d’un ouvrage de Vikram CHANDRA (Geek Sublime, Paris, ed. R. Laffont, 2014, pp. 54 ff. Traduction J. F. Hel Guedj). L’auteur évoque un passage de Heart of Darkness dans lequel Marlowe remonte la rivière, repart dans le passé qui apparaît comme une terre sauvage, dangereuse, ayant pour figure emblématique « une femme sauvage et superbe, debout … pareille à la brousse même. » Elle ne parle pas.

De ce célèbre passage de Joseph Conrad, Chinua Achebe a dit que le romancier, issu d’une société colonialiste, prive de la parole les Africains. Ils n’ont qu’un « babil de sons inconnus », « communiquent par des phrases courtes et grognées ».

Or, remarque Chandra, Conrad signale plusieurs fois la pulsation des tam-tams, « langage artificiel, sophistiqué, riche de métaphores et de poésie ». Il y a bien conversation, diffusion de messages. Sur ce point, Chandra cite alors James Gleick, pour qui ce type de discours est

une métamorphose de tonalité, « un langage qui renonce aux voyelles et consonnes mais compense cette perte d’information par des additions qui aboutissent à des phrases entières d’où disparaissent des informations parlées mais où l’on insère des fragments servant à la désambigüation et à la rectification d’erreurs. » (The Information : A History, A Theory, A Flood. Vintage, New York, 2011, p. 436)

Cette page est du plus grand intérêt, car,

(1) en termes littéraires, elle est une démonstration d’une multiplication des niveaux de signification; l’Africain tel que le perçoit Conrad ne confie pas tout à la parole : Marlowe entend qu’il ne parle pas, mais Conrad sait que la communication se fait par d’autres parlers — en l’occurrence, les percussions.

(2) Indépendamment de toute littérarité, il y a ce constat que le transfert vers un autre parler génère de l’ambigüité, et que l’activité de traduction, au contraire, restreint ces possibles, entraîne comme son corollaire une stratégie de désambigüation.