Archives par mot-clé : Emmanuèle Sandron

TRADUIRE AVEC (OU CONTRE) FREUD.

#100815

Les problèmes relatifs à la traduction des textes de Freud ont fait l’objet d’un dossier dans l’une des dernières livraisons « papier » de la revue Translittératures, (N°45, été 2013), sous la direction d’Emmanuèle Sandron. Celle-ci est bien inspirée de citer deux éclairages de l’auteur sur une éventuelle version française de son oeuvre : « [Traumdeutung], d’une lecture déjà difficile en allemand, me paraît, à cause de sa terminologie, tout à fait intraduisible » (Lettre à S. Jankélévitch, 13 avril 1913), et « le traducteur […] devrait au fond être lui-même psychanalyste et remplacer tous les exemples par du matériel de sa propre langue » (Lettre à Gaston Gallimard, 24 décembre 1921).

Il semble que ce soit pour le français que les craintes et précautions de Freud aient été les plus aiguës, le passage à l’anglais, par exemple, s’étant fait « sans douleur » — ce qui étonne quand on sait les nombreuses approximations qui ont été relevées depuis par les spécialistes. Peut-être était-ce parce que la France et la langue littéraire française n’avaient été qu’effleurées par le romantisme allemand; ou parce que Strachey s’est mis au travail dix ans après S. Jankélévitch.

Il reste que pour Freud, il y a de l’intraduisible, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes quand on sait l’importance fondatrice du couple traduire / interpréter dans l’ensemble de son oeuvre. Les raisons invoquées sont très intéressantes :

  • D’abord, le caractère spécialisé de la terminologie : Freud a conscience de s’être forgé un lexique propre, et il sait que, selon toute vraisemblance, cette liste sera tôt ou tard défective en matière d’équivalence terme à terme. Lorsque le concept de « raison » évolue de Kant à Fichte puis Hegel, il s’agit toujours de « raison » — la lecture est précisément une appropriation de ce terme au fur et à mesure de l’évolution de son sens. S’agissant d’einfall ou de witz, il en va différemment : il s’agit d’occurrences de sens fournis par une langue donnée et saisis dans leur processus de devenir des concepts neufs. D’où cette réticence compréhensible de la part de Freud.
  • Ensuite, il y a le rappel de la fonction de l’auteur. A vrai dire, qui mieux qu’un électronicien ou un banquier traduira un texte sur un procédé électronique ou des opérations bancaires ? La remarque de Freud tient cependant du vœu pieux, puisque les psychanalystes n’étaient pas légion en 1913, ni même en 1923.
  • Enfin, et cette dernière remarque est des plus fécondes, le rôle de la langue-cible. A cet égard, la distinction est faite entre deux niveaux d’écriture: d’une part, la démonstration, l’exposé de la thèse, qui, avec les réserves déjà relevées, peuvent être exprimées dans une autre langue ; et d’autre part, ce qu’il appelle « les exemples », autrement dit le retour au concret, le particulier, qui à l’inverse de la théorie, permet de saisir la généralité sans en avoir le statut. Or dans ce dernier cas, Freud préconise d’oublier la langue source, et de ré-écrire le texte initial, en quelque sorte, en fonction des associations en langue-cible.

La suggestion est fondamentale ; lorsqu’il y a en jeu deux séries, celle des référents, des éléments du réel, et celle des noms pour les désigner, de multiples effets viennent s’ajouter à la simple dénotation – il est donc primordial de retrouver dans la traduction cette charge de scintillements révélateurs, quitte à s’éloigner du message de départ.

Ce qui sous-tend l’inquiétude de Freud nous achemine vers ce que nous avons appelé l’ambiguïté ; car l’hypothèse freudienne est qu’il y a au moins deux sens à traduire, probablement davantage. Mais la question que nous posons touche aux limites de ladite recommandation : pourquoi se restreindre aux exemples de procédés psychanalytiques ? Au nom de quoi va-t-on considérer que là, il y a double sens, ou triple sens, ou jeu sur les évocations proches ou lointaines de telle ou telle association de mots, et que le reste du texte est vierge d’allusions et autres connotations parce que nous, nous n’en avons pas décelé ? Peut-être doit-on désormais envisager un tout connotatif dont, comme s’il s’agissait d’un iceberg, l’ambiguïté ne serait que la partie émergée.