Archives par mot-clé : générique

GENERIQUE et SPECIFIQUE (II)

# 240915

Au début de sa célèbre nouvelle de 1915, Franz KAFKA voit son héros transformé en Ungeziefer ; ce terme « désignant collectivement (et sans équivalent en français) une ‘vermine domestique' » — Je cite Corinna Gepner*, dont l’analyse comparée des diverses traductions du début de « La Métamorphose » est un nouvel exemple de ce que je cherche à montrer ici.
Elle indique notamment que la parenté du verbe (verwandeln) et du titre de la nouvelle (Die Verwandlung) n’est respectée que deux fois sur les cinq éditions qu’elle a sélectionnées de ce côté-ci du Rhin. Mais elle révèle surtout que c’est en français que l’insecte est précisé, vermine étant nettement moins suggestif, au moins pour l’imagination du lecteur francophone; d’ailleurs, précise-t-elle, le romancier et son éditeur s’accordaient à comprendre cette bestiole comme une punaise.

Qu’importe, dira-t-on, il n’y a pas de trahison du texte de départ, puisqu’il ne précise rien quant à l’espèce. Certes, mais obtient-on la même chose ? Le sujet du tableau reste conforme à l’original, mais le remplissage et les divers arrière-plans conduisent-ils le lecteur à la même expérience ? En fait, cette situation paradoxale, où la langue-cible dispose du moyen de potentialiser le message initial, nous invite à une reconstruction fictive du littéraire.

Oubliant Kafka, on peut imaginer d’autres débuts de récits :

« Chaque matin, Boris se levait tôt pour rejoindre son usine 1. d’armement. / 2. de fabrication de missiles Fire-and-Forget.« 

« Maggy quitta sa cuisine bien avant son petit-déjeuner; le jour se levait tout juste sur Pine Ridge, et 1. le bétail avait disparu. / 2. sa vache avait disparu. »

« Saveria ne parvenait pas à détacher son regard du vieux mur où, jusqu’à ce matin-là, était attaché(e) 1. son troupeau. / 2. la chèvre qui était née le jour de ses huit ans. »

Lequel fait littérature ?

Preuve que l’absence d’ambiguïté se constate parfois à regret.  (Cf. art. 130815 : l’amb. peut être bienvenue).

Réf. Translittérature, n°44, Paris, 2013, pp. 5 – 9

AMBIGUïTE

# 190915

Chaque langue impose aux locuteurs natifs des distinctions dont ces derniers ont parfois bien du mal à rendre compte. Voici un exemple pris dans un web-forum que les contributeurs consacrent à la recherche d’un moyen de différencier, en anglais, electric et electrical:

« Electric » is used in front of a device or machine that runs on electricity. It is used when the object has been specified.

« Electrical » is used in a more general sense, as in referring to ambiguous nouns. (By ambiguous, I mean unspecified e.g. machine, appliance). « electrical » is also used when the object is specified, but the object is not run on electricity, but is related to electricity i.e. Electrical engineer.

Ce point de vue sur la raison du maintien d’une double ressource là où la plupart des langues n’ont qu’un mot est intéressant, mais c’est évidemment la référence à l’ambiguïté qui attire notre attention, En fait, un terme ambigu est ce que nous appellerions un terme générique (« sans précision »). Il s’oppose à « précisé » (« specified« ). D’où l’exemple de l’appareil : un appareil électrique (« electrical« ), mais une bouilloire électrique (« electric« , car on a précisé de quelle matériel il s’agit).

Un photographe parlerait de changement de focale : dans « guitare électrique », on resserre la focale par rapport à tous les instruments de musique, et l’adjectif sert à préciser davantage encore dans la liste des guitares — donc, « electric guitar » ; dans « matériel électrique », la focale est large, on parlera d' »electrical goods ».
On voit clairement ici, dans cette lexicographie spontanée, le lien qui est fait entre l’ambiguïté et le genre ; « ambigu » ne qualifie pas le double sens d’un mot mais sa potentialité d’être un hyper-lexème.

http://english.stackexchange.com/questions/31649/what-is-the-difference-between-electric-and-electrical-and-their-usage