Archives par mot-clé : intraduisible

Traduire ou pas ?

Dans l’édition Hachette / Livre de Poche^ de Croc Blanc (Jack London), certaines « notes du traducteur » sont savoureuses. Il ne s’agit pas ici de dénigrer le très bon travail de Paul Gruyer et Louis Postif, mais plutôt d’interroger certaines habitudes éditoriales qu’on espère dépassées.

  • grâce à l’une de ces notes, on apprend, à la page 77, que « l’oiseau-des-élans » est le nom donné aux volatiles qui « ont l’habitude de venir se poser sur le dos des élans. » Information précieuse ! Comme celle de la page 127, où l’on se rassure : « le fouet de caribou » est « un long fouet fait avec des intestins de caribou » ; pour ne rien dire de la p. 190, où « Circle City » bénéficie d’une indispensable explication : « ou Cercle Cité, la ‘Ville de Cercle Arctique’. »[sic]
  • à la page 106, la proposition « il se défendait avec vaillance mais il était out-classed » est glosée ainsi : terme de boxe signifiant « qui n’a pas assez de points pour être classé ». N’était-il pas plus simple d’éviter la note et d’écrire directement en français « même s’il lui manquait des points pour être classé, il se défendait avec vaillance. »
  • en revanche (p. 215) on lit « les journaux étaient pleins de l’évasion du célèbre convict Jim Hall. » Le système judiciaire nord-américain est tellement spécifique, et, malgré l’identité des termes entre dialectes, si souvent distinct du vocabulaire britannique, qu’une note (« terme désignant tout criminel emprisonné, détenu ou déporté ») aurait eu son utilité.
  • ce qui pose vraiment problème est la toute première de ces notes, p. 17: « Le Wild est un terme générique, intraduisible, qui désigne une région particulière et l’ensemble des éléments types qui la constituent. » « C’était, dit London, le Wild. Le Wild farouche, glacé jusqu’au coeur, de la terre du Nord. » Or, pour être précis, ce n’est pas wild qui est intraduisible (on peut très bien parler des « terres sauvages du grand Nord »); ce qui est impossible à rendre, c’est un toponyme qui synthétise toutes les particularités d’une région géographiquement spécifiée. Les traducteurs le disent eux-mêmes puisqu’ils ajoutent « comme le Maquis, la Brousse, la Pampa » etc. Cela veut dire que Wild non-traduit inclut divers critères : habitable / non-habitable, vif / mort, cultivable / inculte, riche / pauvre, pierreux / végétal etc. C’est cette critériation multiple qui rend impossible de trouver un monème lexical équivalent à celui de la langue-source; mais il sera toujours possible de traduire, quitte à user d’une longue périphrase. « Faites une note ! », entend-on dans les bureaux des éditeurs.
  • ^ 4ème trimestre 1980.

La valeur inégalable du texte original.

#120116

Dans la salle d’attente de mon médecin, j’ouvre un numéro de la revue Télérama où je trouve ce petit billet attribué à Annie, une téléspectatrice de Saint-Pierre-la-Palud.

« Je m’inquiète, dit-elle à propos du Coran, de cette idée selon laquelle on ne peut avoir accès à un texte qu’en connaissant la langue originale. Faut-il connaître le Russe pour lire Dostoïevski, l’araméen pour lire la Bible (sic)? Cette idée me semble dangereuse et peu humaniste au sens des premiers humanistes du XVIème siècle, mais au contraire apparentée au fondamentalisme. » (T. n° 3441, 26 déc. 2015).

La question mérite en effet d’être posée; et il semble bien qu’elle tourne autour d’un élément central qui est la notion d’ambiguïté. Si toute lecture ne devait se faire que dans le texte original, des pans entiers de la civilisation échapperaient à la quasi-totalité des hommes. Que saurait-on du Livre des Morts Tibétain, de la Volsunga Saga et de la Geste des Danois ? du Miréio de Frédéric Mistral, et du Maysse Bukh ? Il est donc indispensable, pour une langue ou pour d’autres, que l’on passe par un traducteur.

Dès lors qu’on admet la nécessité du fait de traduire, la question porte évidemment sur ce qui ne survit pas à la traduction (« lost in translation » comme disent certains). Si l’on oublie les erreurs d’interprétation, les contre-sens, qui sont quand même loin d’être la règle, ce qui peut laisser à désirer tient au style, d’une part, et aux équivalences lexicales, d’autre part. La Bible Chouraqui, par exemple, permet au lecteur de se tenir au plus près du message original; reconnaissons qu’elle fait rarement apparaître un sens inattendu des énoncés.

L’intérêt, certes indéniable, de lire le texte dans sa langue originale se voit surtout lorsque la lecture s’accompagne de la conscience de la possibilité d’un sens autre, non-lexical peut-être, des termes — leur arrière-plan de quotidienneté, de culture et de spiritualité. Ci-joint un exemple, extrait de l’Évangile selon Saint-Marc (2; 21,22), et son commentaire par des émules de Todorov :

« Personne ne coud une pièce d’étoffe neuve à un vieux vêtement ; sinon le morceau neuf qu’on ajoute tire sur le vieux vêtement, et la déchirure est pire. Personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; sinon, le vin fera éclater les outres, et l’on perd à la fois le vin et les outres ; mais à vin nouveau, outres neuves. »

La possibilité de lire ces propositions dans le texte original permet de s’assurer qu’il a, outre son sens littéral, une portée allégorique. Inversement, quiconque ne peut lire le texte à sa source doit s’en tenir au choix du traducteur. Dans l’exemple du discours prononcé par Jésus de Nazareth, l’image transcende la pure référence. « Davantage que le vêtement, le vin et les outres, c’est l’opposition entre neuf et vieux ou bon et mauvais et leur mélange qui doit, à la lumière du contexte syntagmatique, éclairer et diriger notre interprétation. » (Lucie Guillemette et Josiane Cossette. « La Sémiotique de Tzvetan Todorov », sur le site de l’Université du Québec à Trois-Rivières*)

Une approximation de l’apport éventuel du message original se retrouve dans l’usage que l’on fait de termes jugés intraduisibles : comment désigner les nems ? les tapas ? le high tea ? la datcha ? On voit bien que chacun de ces termes dit autre chose que son sens littéral. Même s’il y a parfois à cela un usage abusif: le jihad en son sens premier n’a rien à voir avec l’emploi qu’on en fait aujourd’hui, même, malheureusement, en arabe.

*http://www.signosemio.com/todorov/semiotique.asp

TRADUIRE AVEC (OU CONTRE) FREUD.

#100815

Les problèmes relatifs à la traduction des textes de Freud ont fait l’objet d’un dossier dans l’une des dernières livraisons « papier » de la revue Translittératures, (N°45, été 2013), sous la direction d’Emmanuèle Sandron. Celle-ci est bien inspirée de citer deux éclairages de l’auteur sur une éventuelle version française de son oeuvre : « [Traumdeutung], d’une lecture déjà difficile en allemand, me paraît, à cause de sa terminologie, tout à fait intraduisible » (Lettre à S. Jankélévitch, 13 avril 1913), et « le traducteur […] devrait au fond être lui-même psychanalyste et remplacer tous les exemples par du matériel de sa propre langue » (Lettre à Gaston Gallimard, 24 décembre 1921).

Il semble que ce soit pour le français que les craintes et précautions de Freud aient été les plus aiguës, le passage à l’anglais, par exemple, s’étant fait « sans douleur » — ce qui étonne quand on sait les nombreuses approximations qui ont été relevées depuis par les spécialistes. Peut-être était-ce parce que la France et la langue littéraire française n’avaient été qu’effleurées par le romantisme allemand; ou parce que Strachey s’est mis au travail dix ans après S. Jankélévitch.

Il reste que pour Freud, il y a de l’intraduisible, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes quand on sait l’importance fondatrice du couple traduire / interpréter dans l’ensemble de son oeuvre. Les raisons invoquées sont très intéressantes :

  • D’abord, le caractère spécialisé de la terminologie : Freud a conscience de s’être forgé un lexique propre, et il sait que, selon toute vraisemblance, cette liste sera tôt ou tard défective en matière d’équivalence terme à terme. Lorsque le concept de « raison » évolue de Kant à Fichte puis Hegel, il s’agit toujours de « raison » — la lecture est précisément une appropriation de ce terme au fur et à mesure de l’évolution de son sens. S’agissant d’einfall ou de witz, il en va différemment : il s’agit d’occurrences de sens fournis par une langue donnée et saisis dans leur processus de devenir des concepts neufs. D’où cette réticence compréhensible de la part de Freud.
  • Ensuite, il y a le rappel de la fonction de l’auteur. A vrai dire, qui mieux qu’un électronicien ou un banquier traduira un texte sur un procédé électronique ou des opérations bancaires ? La remarque de Freud tient cependant du vœu pieux, puisque les psychanalystes n’étaient pas légion en 1913, ni même en 1923.
  • Enfin, et cette dernière remarque est des plus fécondes, le rôle de la langue-cible. A cet égard, la distinction est faite entre deux niveaux d’écriture: d’une part, la démonstration, l’exposé de la thèse, qui, avec les réserves déjà relevées, peuvent être exprimées dans une autre langue ; et d’autre part, ce qu’il appelle « les exemples », autrement dit le retour au concret, le particulier, qui à l’inverse de la théorie, permet de saisir la généralité sans en avoir le statut. Or dans ce dernier cas, Freud préconise d’oublier la langue source, et de ré-écrire le texte initial, en quelque sorte, en fonction des associations en langue-cible.

La suggestion est fondamentale ; lorsqu’il y a en jeu deux séries, celle des référents, des éléments du réel, et celle des noms pour les désigner, de multiples effets viennent s’ajouter à la simple dénotation – il est donc primordial de retrouver dans la traduction cette charge de scintillements révélateurs, quitte à s’éloigner du message de départ.

Ce qui sous-tend l’inquiétude de Freud nous achemine vers ce que nous avons appelé l’ambiguïté ; car l’hypothèse freudienne est qu’il y a au moins deux sens à traduire, probablement davantage. Mais la question que nous posons touche aux limites de ladite recommandation : pourquoi se restreindre aux exemples de procédés psychanalytiques ? Au nom de quoi va-t-on considérer que là, il y a double sens, ou triple sens, ou jeu sur les évocations proches ou lointaines de telle ou telle association de mots, et que le reste du texte est vierge d’allusions et autres connotations parce que nous, nous n’en avons pas décelé ? Peut-être doit-on désormais envisager un tout connotatif dont, comme s’il s’agissait d’un iceberg, l’ambiguïté ne serait que la partie émergée.

LE PROBLEME DU JOUR

# 060815

Soit une partie d’un poème de Nils-Aslak Valkeapää (auteur finlandais de culture same) évoquant des rênes, qui tous diffèrent par leur âge, leur apparence, leur genre, la forme des taches de couleur sur le pelage, diverses marques etc. Chaque sous-espèce est bien sûr désignée par un terme propre. Soit maintenant un traducteur confronté à ces quelques vers : dans l’impossibilité de trouver quelques équivalents, Harald Gaski s’abstint de traduire. Il y avait trop de termes en langue-source, trop peu en langue-cible.

Cette  anecdote révélatrice est rapportée par l’écrivain écossais John Burnside dans un article passionnant du Guardian Weekly* consacré au récent ouvrage de Robert Macfarlane : Landmarks. Ce dernier s’attache à tout ce vocabulaire né de l’espace à décrire (« words born of connection to place » dit Burnside) et aux enjeux, pour notre monde post-moderne, liés à la continuité de la langue et du terroir. Un exemple : maintenant que je connais le sens du mot « smeuse », terme dialectal (d’Est-Anglie) désignant le trou fait à la base d’une haie par le passage régulier d’un petit  animal, je serai plus attentif, dit  Macfarlane, à tout ce qui signale sur le terrain les déplacements des rongeurs et autres fouisseurs.

Ailleurs, Burnside cite le recensement du lexique de la tourbe réalisé par une équipe autour d’Anne Campbell ; pour la seule région de Lewis Moorland (Outer Hebrides),  on a relevé plus de 120 désignatifs et qualificatifs pour décrire cette matière. Pour ceux-ci, peut-être trouverait-on en France tout au plus une quinzaine d’équivalents dans le dialecte briéron de Loire-Atlantique. Mais dans une région comme dans l’autre, la méconnaissance de ce micro-lexique, s’accompagne d’un changement dans la façon de travailler le matériau, et d’une atrophie du sentiment de devoir préserver la spécificité de cet environnement (Finlay Macleod).

Pour revenir sur le terrain de la traductologie, on rappellera que l’attention au découpage de l’expérience selon les cultures n’est pas une nouveauté. On sait depuis longtemps que le nombre de termes pour qualifier la neige chez les Eskimos, ou les listes de mots rattachés au chameau chez les Arabes nomades, constituent à la fois une richesse inégalement partagée et une difficulté pour l’interprète. Mais justement, l’omission des précisions, quand celles-ci sont inexistantes en langue-cible, ou l’abstention, comme dans notre anecdote de départ, ont-elles pour effet de nier la traduction, voire de poser qu’il y a de l’intraduisible dans la langue ? L’université a érigé en dogme l’idée qu’il n’y a pas d’intraduisible. Après tout, si l’on tient vraiment à spécifier de quel rêne il est question, on peut toujours « faire cinq lignes » et l’information sera transmise dans son intégralité.

« Non, diront certains, on aura perdu la dimension poétique du message original », cette dimension perdue annule, dans le message obtenu, son statut de traduction – opinion qui est loin d’être fausse, même s’il faut garder à l’esprit la fréquence des déficits dans le passage d’une langue à l’autre (en s’attachant à préserver une qualité poétique, par exemple, on oublie parfois un point de vue métalinguistique, ou une allusion humoristique qui ne serait pas comprise ; dans les textes de presse, c’est souvent l’emphase qui, dans la langue d’arrivée, va se trouver déplacée …)

Il y a toujours d’une langue à une autre un différentiel quantitatif – pensons au vocabulaire des sentiments entre l’anglais et le français –, mais il est exceptionnel qu’il y ait inégalité quant aux moyens d’expression. C’est là qu’intervient le respect, difficile, de l’intention caractéristique du message initial. Dans les cas où un large lexique fait face à un lexique plus restreint, le statut du message (traduisible ? non-traduction ? équivoque ? etc.) tient en fait au niveau de profondeur de la discrimination entre les signes. Les manœuvres classificatoires, les taxinomies, sont, on l’a vu, variables selon les cultures. A propos de la tourbe, tel dialecte des Hébrides dispose d’une grande profondeur taxinomique, un peu comme l’italien à propos des étoffes. Sur d’autres sujets, certaines langues au contraire auront très peu de profondeur taxinomique et seront contraintes à l’emprunt : pensons à la dégustation d’un grand vin en anglais  par rapport à ce qu’elle est en français !

*The Guardian weekly, pp. 36-37, 17/07/2015. John Burnside, né en 1955, poète, et aussi informaticien, Black Cat Bone (roman, 2011) a obtenu le Prix Forward. Traduits en français : un recueil de poèmes bilingue (Chasse nocturne, 2009, Meet éditns, Saint-Nazaire), et A Lie About My Father (2006) [Un mensonge sur mon père] (Métailié, 2009)