Archives par mot-clé : lost in translation

La valeur inégalable du texte original.

#120116

Dans la salle d’attente de mon médecin, j’ouvre un numéro de la revue Télérama où je trouve ce petit billet attribué à Annie, une téléspectatrice de Saint-Pierre-la-Palud.

« Je m’inquiète, dit-elle à propos du Coran, de cette idée selon laquelle on ne peut avoir accès à un texte qu’en connaissant la langue originale. Faut-il connaître le Russe pour lire Dostoïevski, l’araméen pour lire la Bible (sic)? Cette idée me semble dangereuse et peu humaniste au sens des premiers humanistes du XVIème siècle, mais au contraire apparentée au fondamentalisme. » (T. n° 3441, 26 déc. 2015).

La question mérite en effet d’être posée; et il semble bien qu’elle tourne autour d’un élément central qui est la notion d’ambiguïté. Si toute lecture ne devait se faire que dans le texte original, des pans entiers de la civilisation échapperaient à la quasi-totalité des hommes. Que saurait-on du Livre des Morts Tibétain, de la Volsunga Saga et de la Geste des Danois ? du Miréio de Frédéric Mistral, et du Maysse Bukh ? Il est donc indispensable, pour une langue ou pour d’autres, que l’on passe par un traducteur.

Dès lors qu’on admet la nécessité du fait de traduire, la question porte évidemment sur ce qui ne survit pas à la traduction (« lost in translation » comme disent certains). Si l’on oublie les erreurs d’interprétation, les contre-sens, qui sont quand même loin d’être la règle, ce qui peut laisser à désirer tient au style, d’une part, et aux équivalences lexicales, d’autre part. La Bible Chouraqui, par exemple, permet au lecteur de se tenir au plus près du message original; reconnaissons qu’elle fait rarement apparaître un sens inattendu des énoncés.

L’intérêt, certes indéniable, de lire le texte dans sa langue originale se voit surtout lorsque la lecture s’accompagne de la conscience de la possibilité d’un sens autre, non-lexical peut-être, des termes — leur arrière-plan de quotidienneté, de culture et de spiritualité. Ci-joint un exemple, extrait de l’Évangile selon Saint-Marc (2; 21,22), et son commentaire par des émules de Todorov :

« Personne ne coud une pièce d’étoffe neuve à un vieux vêtement ; sinon le morceau neuf qu’on ajoute tire sur le vieux vêtement, et la déchirure est pire. Personne ne met du vin nouveau dans de vieilles outres ; sinon, le vin fera éclater les outres, et l’on perd à la fois le vin et les outres ; mais à vin nouveau, outres neuves. »

La possibilité de lire ces propositions dans le texte original permet de s’assurer qu’il a, outre son sens littéral, une portée allégorique. Inversement, quiconque ne peut lire le texte à sa source doit s’en tenir au choix du traducteur. Dans l’exemple du discours prononcé par Jésus de Nazareth, l’image transcende la pure référence. « Davantage que le vêtement, le vin et les outres, c’est l’opposition entre neuf et vieux ou bon et mauvais et leur mélange qui doit, à la lumière du contexte syntagmatique, éclairer et diriger notre interprétation. » (Lucie Guillemette et Josiane Cossette. « La Sémiotique de Tzvetan Todorov », sur le site de l’Université du Québec à Trois-Rivières*)

Une approximation de l’apport éventuel du message original se retrouve dans l’usage que l’on fait de termes jugés intraduisibles : comment désigner les nems ? les tapas ? le high tea ? la datcha ? On voit bien que chacun de ces termes dit autre chose que son sens littéral. Même s’il y a parfois à cela un usage abusif: le jihad en son sens premier n’a rien à voir avec l’emploi qu’on en fait aujourd’hui, même, malheureusement, en arabe.

*http://www.signosemio.com/todorov/semiotique.asp