Archives par mot-clé : profondeur taxinomique

LE PROBLEME DU JOUR

# 060815

Soit une partie d’un poème de Nils-Aslak Valkeapää (auteur finlandais de culture same) évoquant des rênes, qui tous diffèrent par leur âge, leur apparence, leur genre, la forme des taches de couleur sur le pelage, diverses marques etc. Chaque sous-espèce est bien sûr désignée par un terme propre. Soit maintenant un traducteur confronté à ces quelques vers : dans l’impossibilité de trouver quelques équivalents, Harald Gaski s’abstint de traduire. Il y avait trop de termes en langue-source, trop peu en langue-cible.

Cette  anecdote révélatrice est rapportée par l’écrivain écossais John Burnside dans un article passionnant du Guardian Weekly* consacré au récent ouvrage de Robert Macfarlane : Landmarks. Ce dernier s’attache à tout ce vocabulaire né de l’espace à décrire (« words born of connection to place » dit Burnside) et aux enjeux, pour notre monde post-moderne, liés à la continuité de la langue et du terroir. Un exemple : maintenant que je connais le sens du mot « smeuse », terme dialectal (d’Est-Anglie) désignant le trou fait à la base d’une haie par le passage régulier d’un petit  animal, je serai plus attentif, dit  Macfarlane, à tout ce qui signale sur le terrain les déplacements des rongeurs et autres fouisseurs.

Ailleurs, Burnside cite le recensement du lexique de la tourbe réalisé par une équipe autour d’Anne Campbell ; pour la seule région de Lewis Moorland (Outer Hebrides),  on a relevé plus de 120 désignatifs et qualificatifs pour décrire cette matière. Pour ceux-ci, peut-être trouverait-on en France tout au plus une quinzaine d’équivalents dans le dialecte briéron de Loire-Atlantique. Mais dans une région comme dans l’autre, la méconnaissance de ce micro-lexique, s’accompagne d’un changement dans la façon de travailler le matériau, et d’une atrophie du sentiment de devoir préserver la spécificité de cet environnement (Finlay Macleod).

Pour revenir sur le terrain de la traductologie, on rappellera que l’attention au découpage de l’expérience selon les cultures n’est pas une nouveauté. On sait depuis longtemps que le nombre de termes pour qualifier la neige chez les Eskimos, ou les listes de mots rattachés au chameau chez les Arabes nomades, constituent à la fois une richesse inégalement partagée et une difficulté pour l’interprète. Mais justement, l’omission des précisions, quand celles-ci sont inexistantes en langue-cible, ou l’abstention, comme dans notre anecdote de départ, ont-elles pour effet de nier la traduction, voire de poser qu’il y a de l’intraduisible dans la langue ? L’université a érigé en dogme l’idée qu’il n’y a pas d’intraduisible. Après tout, si l’on tient vraiment à spécifier de quel rêne il est question, on peut toujours « faire cinq lignes » et l’information sera transmise dans son intégralité.

« Non, diront certains, on aura perdu la dimension poétique du message original », cette dimension perdue annule, dans le message obtenu, son statut de traduction – opinion qui est loin d’être fausse, même s’il faut garder à l’esprit la fréquence des déficits dans le passage d’une langue à l’autre (en s’attachant à préserver une qualité poétique, par exemple, on oublie parfois un point de vue métalinguistique, ou une allusion humoristique qui ne serait pas comprise ; dans les textes de presse, c’est souvent l’emphase qui, dans la langue d’arrivée, va se trouver déplacée …)

Il y a toujours d’une langue à une autre un différentiel quantitatif – pensons au vocabulaire des sentiments entre l’anglais et le français –, mais il est exceptionnel qu’il y ait inégalité quant aux moyens d’expression. C’est là qu’intervient le respect, difficile, de l’intention caractéristique du message initial. Dans les cas où un large lexique fait face à un lexique plus restreint, le statut du message (traduisible ? non-traduction ? équivoque ? etc.) tient en fait au niveau de profondeur de la discrimination entre les signes. Les manœuvres classificatoires, les taxinomies, sont, on l’a vu, variables selon les cultures. A propos de la tourbe, tel dialecte des Hébrides dispose d’une grande profondeur taxinomique, un peu comme l’italien à propos des étoffes. Sur d’autres sujets, certaines langues au contraire auront très peu de profondeur taxinomique et seront contraintes à l’emprunt : pensons à la dégustation d’un grand vin en anglais  par rapport à ce qu’elle est en français !

*The Guardian weekly, pp. 36-37, 17/07/2015. John Burnside, né en 1955, poète, et aussi informaticien, Black Cat Bone (roman, 2011) a obtenu le Prix Forward. Traduits en français : un recueil de poèmes bilingue (Chasse nocturne, 2009, Meet éditns, Saint-Nazaire), et A Lie About My Father (2006) [Un mensonge sur mon père] (Métailié, 2009)