Archives par mot-clé : sédimentation lexicale

L’univocité de l’intention sémantique comme source d’ambiguité

# 301015

Univoque

Un exemple plus parlant que d’autres : le cas des définitions de mots croisés. Tous les habitués savent que certains mots sont définis pratiquement comme dans le dictionnaire (« entame de la journée : matin »), ou sont accessibles en s’appuyant sur leur nature unique (« chef-lieu des Bouches-du-Rhône : Marseille »). Ces deux premières catégories ne sont pas les plus intéressantes pour le cruciverbiste.
On trouve aussi des associations, pour lesquelles on choisit entre plusieurs hypothèses, parfois en fonction des autres lettres dont on dispose, parfois en raison des habitudes, lorsqu’on les connaît, du verbicruciste (« fanfaronna : parada », « rendre public : nationaliser »; « crée un creux : évide » etc.)

Equivoque

Mais on lit souvent des définitions qui, étant de véritables « indications pour trouver », en disent long sur la façon dont le lexique « sédimente » dans la mentalité collective. Ainsi, avec « fixé à l’avance : prédestiné », on est loin du sens, loin de l’idée même d’un sens; ce qu’on décrit, en réalité, c’est sous quelle forme verbale une croyance s’est imprimée dans les esprits. De même « direction de société : management » est en fait la contraction de « dans la langue des affaires, on emploie ce terme pour désigner la façon dont une entreprise est gérée ». Les descripteurs seraient d’ailleurs étonnés de savoir que le mot qui vient d’être cité a eu  en Italie et en France un usage longtemps réservé aux écoles d’équitation ! Avec « Filet ! : let », il faut connaître le tennis pour faire le lien — un poissonnier ou un chef-cuisinier penserait sûrement à autre chose … C’est un peu comme la célèbre formule de Tristan Bernard (« vide les baignoires et remplit les lavabos : entracte »), qui supposait autant d’humour que de connaissance des habitudes parisiennes propres à une certaine époque .

Où l’on voit qu’il est facile de créer la plurivocité en voulant signifier (intention sémantique) une équivalence unique. Il n’est pas interdit de penser que chaque locuteur fait de même avec les meilleures intentions du monde.