Alice in wonderlangue

#161116

A la dernière page d’Alice au pays des merveilles (Le Livre de Poche Jeunesse, 1980), on trouve les “Notes du traducteur”, dont la première permet à  André Bay d’expliquer comment “dans une première version pour les enfants” il avait rendu le huitain “How doth the little crocodile / Improve his shining tail,” par une parodie de “Le Coche et la Mouche”.

Le résultat est tout à fait réussi — nul doute que Carroll l’eût apprécié ! Serait-ce mauvais esprit que de signaler que  la page précédente est une “Note de l’auteur” dans laquelle le bon Lewis  confie au lecteur qu’il n’a jamais cherché à résoudre sa propre devinette dite “du Chapelier” ? Faudrait-il une note du lecteur visant à rappeler qu’il n’est pas nécessaire d’intervenir sur le texte ni d’en représenter le caractère insolite ?


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Michel-Guy Gouverneur (30 octobre 2015). Alice in wonderlangue. Les ambigus traduits. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0t6


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.