SCULPTER LES MOTS

“La Prudence”. Cathédrale de Nantes. Tombeau de François II de Bretagne et Marguerite de Foix (Michel Colombe). www.chemin des jours.com (598×488)

Bel exemple d’ambiguïté utile :  le personnage lit dans un miroir supposé “réfléchir” son image; et simultanément, de dos, il/elle écoute ce que lui dit l’avenir, représenté par un vieillard dont le modèle est, semble-t-il, Léonard de Vinci. Le sculpteur a nommé “prudence” l’union de ces deux attentions.

L’exercice consiste maintenant à imaginer, dans nos jeux de langage, le moyen de rendre cette dualité.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Michel-Guy Gouverneur (9 avril 2017). SCULPTER LES MOTS. Les ambigus traduits. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b0tj


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.