Le passeur vu par l’écrivain (2)

# 200216

Un autre exemple remarquable de ce que nous avons appelé “l’anti-Babel” est à relever dans le dernier quart de la biographie de Zweig. Ce dernier montre comment l’interaction des langages traduit et non-traduit joue un rôle décisif dans l’expérience de la découverte, assumant une fonction quasi-épistémologique :

“Magellan avait cru tout d’abord avoir déjà atteint […] les îles des épices. Mais il se rend compte maintenant que ce ne sont pas les Moluques, car son esclave Henrique ne comprend pas le langage des indigènes. (p. 221) […] A Massawa [,..] Magellan envoie, par mesure de prudence, son esclave Henrique [. …] Et voici que le miracle se produit. Criant et gesticulant, les indigènes à demi nus entourent Henrique et soudain l’esclave malais s’arrête étonné. Car il a saisi quelques paroles. Il a compris ce que ces gens lui disent, ce qu’ils lui demandent. Arraché depuis des années à son pays, il vient d’entendre des mots de son dialecte. Moment inoubliable ! Pour la première fois un homme est revenu à son point de départ après avoir fait le tour du monde. Peu importe qu’il s’agisse d’un esclave insignifiant ! Ce n’est pas dans l’individu mais dans son destin que réside la grandeur. Car cet esclave malais […] est le premier, parmi les myriades d’hommes qui aient jamais peuplé la terre, qui en ait fait le tour.” (Magellan, p. 223)

Dans la (très belle) lecture de l’événement telle que S. Zweig nous la livre, ce qu’il nomme “miracle” est  la prise de conscience par Henrique qu’il n’a plus besoin de traduire. Plus besoin de volapük, ni de dictionnaire bilingue, plus de risques d’ambiguïté ! Le miracle, c’est explicitement le moment de la NON-TRADUCTION, car sur l’axe du temps, cet instant “I” se confond avec la découverte tant espérée du passage dit “de Magellan”.