Archives par mot-clé : spécifique

GENERIQUE et SPECIFIQUE (II)

# 240915

Au début de sa célèbre nouvelle de 1915, Franz KAFKA voit son héros transformé en Ungeziefer ; ce terme “désignant collectivement (et sans équivalent en français) une ‘vermine domestique'” — Je cite Corinna Gepner*, dont l’analyse comparée des diverses traductions du début de “La Métamorphose” est un nouvel exemple de ce que je cherche à montrer ici.
Elle indique notamment que la parenté du verbe (verwandeln) et du titre de la nouvelle (Die Verwandlung) n’est respectée que deux fois sur les cinq éditions qu’elle a sélectionnées de ce côté-ci du Rhin. Mais elle révèle surtout que c’est en français que l’insecte est précisé, vermine étant nettement moins suggestif, au moins pour l’imagination du lecteur francophone; d’ailleurs, précise-t-elle, le romancier et son éditeur s’accordaient à comprendre cette bestiole comme une punaise.

Qu’importe, dira-t-on, il n’y a pas de trahison du texte de départ, puisqu’il ne précise rien quant à l’espèce. Certes, mais obtient-on la même chose ? Le sujet du tableau reste conforme à l’original, mais le remplissage et les divers arrière-plans conduisent-ils le lecteur à la même expérience ? En fait, cette situation paradoxale, où la langue-cible dispose du moyen de potentialiser le message initial, nous invite à une reconstruction fictive du littéraire.

Oubliant Kafka, on peut imaginer d’autres débuts de récits :

“Chaque matin, Boris se levait tôt pour rejoindre son usine 1. d’armement. / 2. de fabrication de missiles Fire-and-Forget.

“Maggy quitta sa cuisine bien avant son petit-déjeuner; le jour se levait tout juste sur Pine Ridge, et 1. le bétail avait disparu. / 2. sa vache avait disparu.”

“Saveria ne parvenait pas à détacher son regard du vieux mur où, jusqu’à ce matin-là, était attaché(e) 1. son troupeau. / 2. la chèvre qui était née le jour de ses huit ans.”

Lequel fait littérature ?

Preuve que l’absence d’ambiguïté se constate parfois à regret.  (Cf. art. 130815 : l’amb. peut être bienvenue).

Réf. Translittérature, n°44, Paris, 2013, pp. 5 – 9